Waterloo - Un rendez-vous avec l’histoire: Le Waterloo Historical Film Festival

Le Festival de Cannes a sa Palme, le Festival du film historique de Waterloo a son «Clion», une petite statuette représentant une silhouette de femme ornée d’une tête de lion. Un nom qui lui vient de la contraction de Clio (la muse de l’histoire dans la mythologie grecque) et du Lion qui symbolise Waterloo.

Pour les remporter, les longs métrages sont répartis en deux catégories, l’une de fiction, l’autre de documentaire.

Dans la catégorie des films de fiction, un film s’illustre par son caractère particulièrement belge: L’échange des princesses, un film français avec Olivier Gourmet et Lambert Wilson qui sera projeté en première mondiale. Toutes les scènes ont été tournées en Wallonie et à Bruxelles. Pourtant ce n’est pas d’événements belges dont il traite, mais des relations entre le Royaume d’Espagne et celui de France au 18e siècle. Le château de La Hulpe a d’ailleurs été choisi pour décor, «il a été somptueusement mis en valeur dans ce film, on se croirait vraiment à la cour d’Espagne ou à celle de Versailles » nous confie Yves Vander Cruysen, l’échevin de la culture de Waterloo. «L’échange des princesses» est produit par une société rixensartoise, il ouvrira le festival au Cinés Wellington le jeudi 19 octobre en présence de toute l’équipe du film.

Côté films documentaires, il y en aura pour tous les goûts: un portrait de Hergé, un autre du peintre Jérôme Bosch, du photographe Robert Doisneau, jusqu’à Lénine et sa révolution russe. D’autres films hors compétitions feront également vibrer le grand écran explique Yves Vander Cruysen: «Des films grand public qui montrent ce qui se passe dans le monde, un véritable panorama de la diversité culturelle».

Les jeunes participent aussi!

Le festival est aussi l’occasion de faire participer la jeunesse au 7e art. Les élèves de L’Athénée Royal de Waterloo ont visionné tous les films à l’avance. Ils les présenteront au public lors de petits exposés. L’école des Sacrés-Cœurs s’assurera de l’accueil des festivaliers et du public. Enfin, des élèves venus des quatre coins de Wallonie débattront ensemble autour d’un film documentaire: «Le ministre des Poubelles» qui évoque un aspect particulier de la vie au Congo.

D’autres activités graviteront autour du festival. Par exemple, le vendredi soir, la Chantanne, la chorale de Waterloo, viendra faire son cinéma. Dans la salle Jules Bastin, les musiques mythiques de films s’envoleront du chœur vers les gradins. Et samedi, le banquet annuel emportera le public dans les compartiments de l’Orient-Express, en tenue d’époque.

La clôture du festival se fera sur un «Au Revoir Là-Haut», avant-première finale, sur un film d’après première guerre mondiale.

Toutes les informations sont disponibles le site internet du festival: www.wahff.be

Tom Denis - équipe de rédaction

Autres actualités à Waterloo

Articles les plus populaires

Les promotions autour de Waterloo