Wasseiges - Le Patro a appris à faire des conserves locales et durables

Une pomme ou une carotte tachée, molle, fripée reste un aliment consommable. C’est ce que les animateurs du patro de Wasseiges ont voulu expliquer aux enfants, avec les invendus (120 kg de fruits et légumes) du Carrefour Market de Waremme, ainsi que des pommes et poires de la plantation Noël. «On a fait appel au car de la conserverie de la Province de Liège pour montrer aux enfants que jeter n’est pas la solution et qu’on peut y remédier en mettant ces fruits et légumes en bocaux ou en les utilisant pour faire des préparations», présente Eloïse Marchal, présidente du patro.

Comment? Grâce à tout un après-midi divisé en 6 ateliers de 25 minutes: épluchage, découpage, cuisine, broyage, pressage et conserverie. «Avec les pommes par exemple, on utilise la chair pour la préparation des cakes, les trognons pour faire la compote et les pelures pour faire du jus de pomme. Rien n’est jeté.»

C’est donc en s’amusant et en petit comité que les enfants ont appris à éplucher les aliments et à les travailler pour les consommer ultérieurement, une véritable découverte pour bon nombre d’entre eux. «C’est chouette! Déjà, je ne savais pas qu’on pouvait faire des conserves soi-même. Je pensais que ça s’achetait uniquement. Et je savais encore moins que c’était si facile à réaliser. Un bon moyen de lutter contre le gaspillage», réagit Eloïse, 13 ans. Un atelier qui permet à ces jeunes d’ouvrir les yeux sur leur manière de consommer en plus de la fierté ressentie. «Tous les bocaux serviront pour le camp de cet été. Ils seront fiers de se rendre compte que ces préparations sont d’eux. C’est tout un mécanisme qui prend du temps à se mettre en place mais ça en vaut la peine», ajoute Antonin, 16 ans.

La bonne idée milk-shake

Avec tant de travail, une pause milk-shake était de rigueur, encore un bon moyen de lutter contre le gaspillage. «Les bananes étaient vieilles et un peu noires. Alors on en a fait un milk-shake. Une fois mélangées à la glace et au lait, la couleur était beaucoup plus appétissante», se félicite la présidente. Une idée fort appréciée des enfants qui n’ont pas manqué de se resservir, se moquant de savoir si les bananes étaient visuellement jolies ou pas. «Je vais tout raconter à ma maman pour pouvoir le refaire à la maison», conclut Jules, 6 ans.

L.M. - équipe de rédaction

Autres actualités à Wasseiges

Articles les plus populaires

Les promotions autour de Wasseiges