Viroinval - Ils apprennent leur job sur des vieux wagons

Le centre de formation de Treignes fête ses 15 ans cette année. Installé dans l’atelier du chemin de fer à vapeur des trois vallées, il accueille entre 30 et 35 stagiaires par an. Ceux-ci sont demandeurs d’emploi, chômeurs et souhaitent apprendre en se formant à la soudure, la tôlerie en travaillant sur des vieilles locomotives et autres wagons. C’est le cas de Dylan et Laurent qui suivent cette formation.

Apprendre un métier en se formant, quoi de mieux? C’est en tout cas, l’un des objectifs du centre de formation de Treignes. Depuis 15 ans maintenant, il propose une formation en soudure et tôlerie.

Et quoi de mieux que d’avoir un lieu adapté et non des moindres! Ils apprennent leur job au sein de l’atelier du chemin de fer à vapeur des 3 vallées, sur des anciennes machines comme des locomotives ou des wagons.

«C’est vraiment très chouette. C’est comme sur le terrain. On ne soude pas pour rien, notre travail a un sens», explique Dylan, 24 ans et originaire d’Olloy-sur-Viroin. Cela fait 15 jours qu’il a intégré cette formation. «J’étais dans l’horeca. C’est sûr que cela me change! Mais j’ai toujours été attiré par la soudure. Jusqu’ici, ça me plaît bien.»

Il peut compter sur l’aide des anciens, comme Laurent, qui, lui, habite Treignes. «Ce qui est bien, c’est qu’on n’est pas loin de chez nous. On ne doit pas aller à Charleroi, Liège, Namur...», souligne-t-il.

Âgé de 27 ans, il a déjà suivi cette formation il y a 5 ans. «Je voulais me perfectionner. Entre-temps, oui j’ai trouvé un emploi grâce à ce que j’ai appris ici

Une certaine fierté

Ils sont entre 30 et 35 chaque année à suivre cette formation. «Ils sont une quinzaine en même temps. Mais ce sont des arrivées et des départs en continu», explique Nathanaëlle Berger, la coordinatrice.

Pour cela, ils ont à disposition du matériel, des formateurs. «Il y a vraiment une chouette ambiance. Oui, c’est un travail lourd, physique, mais quand un boulot nous plaît, cela se passe bien.»

Certains de ces stagiaires travaillent actuellement sur la rénovation d’une locomotive destinée à être placée à l’entrée de Couvin (lire par ailleurs).

«On sera fiers quand on passera par là de se dire qu’on a contribué à sa rénovation. En espérant qu’elle ne sera pas détruite

Si les métiers techniques ont tendance parfois à être dévalorisés, ce n’est pas le sentiment des stagiaires. «Il y a de la place pour tout le monde. On n’a pas ce sentiment. De l’emploi dans le secteur, il y en a! Et plus qu’on ne le croit. En suivant cette formation, on espère trouver un emploi rapidement», conclut Laurent.

Et c’est tout ce qu’on leur souhaite!

NG - équipe de rédaction

Autres actualités à Viroinval

Articles les plus populaires

Les promotions autour de Viroinval