Villers-le-Bouillet - Inédit: une école du drone!

Ce petit bijou de technologie que représente le drone est l’objet de nombreuses convoitises. Sauf que, s’il reste encore accessible à toutes les bourses, le manipuler en toute légalité est autre chose.

En effet! Vous ne disposez pas de licence ou de formation théorique? Alors il vous est interdit d’utiliser un drone de plus d’un kilo en dehors de votre terrain privé. Depuis l’instauration du nouvel arrêté royal en avril dernier, un cadre légal est désormais établi à l’utilisation du drone. Et c’est justement pour vous faire comprendre toutes les subtilités de ce nouveau décret que le pilote de ligne Pierre Debras d’Oreye et Jean-Yves Leclercq (photographe) ouvriront, début avril, les portes de la première école de drone de la région, la seconde en Wallonie! «Il y aura des cours théoriques et des cours pratiques. Ceux-ci se feront sur le terrain du club d’aéromodélisme de Vieux-Waleffe, à Villers-le-Bouillet», explique Pierre Debras. Concrètement, qui peut participer à ces cours? Tout le monde! «Il y a une formation au drone de classe 2. C’est-à-dire pour l’utilisation dans le cadre d’un risque faible. Ou alors, une formation de classe 1. Elle vous permet d’accéder à la licence délivrée par l’administration de l’aéronautique et, d’évoluer dans le cadre d’un risque plus important, convenant mieux aux professionnels.»

Cette rigueur, qui s’applique aussi aux voitures, est nécessaire. Car s’il faut être vigilant au sol, il faut également faire attention aux autres utilisateurs du trafic dans l’espace aérien. «Le drone n’est pas un jouet. Les gens ne sont pas au courant de la sortie de la nouvelle loi. Le but de ces cours est de pouvoir donner le bagage nécessaire pour passer l’examen et aussi pour que l’élève ait une réelle maîtrise conforme à la loi

Une multitude de possibilités

Se lancer dans l’enseignement d’un tel outil ne se fait pas par hasard. Pierre Debras et Jean-Yves Leclercq sont deux fans de modélisme et de vrais professionnels. «En tant que pilote de ligne j’ai toujours été attiré par tout ce qui vole. Quand l’arrêté royal est sorti, nous avons d’abord hésité avant de se lancer il y a deux mois. Après réflexion, avec toutes nos connaissances, et vu la demande, on a décidé de se lancer.» En effet, un réel attrait se fait sentir pour le drone grâce à la multitude d’utilisations possibles. «Il peut être utilisé en cinéma, par la police, les pompiers, la protection civile et en reportage vidéo. Nous avons d’ailleurs des cameramans de la RTBF qui se sont inscrits. Les géomètres et les agences immobilières utilisent aussi le drone.» Comptez tout de même 620 euros pour les cours pratiques classe 1 ou 2. Ajoutez 799 euros pour les cours de théorie classe 1. «Pour la classe 2, une partie théorique est dispensée en même temps que la formation pratique», précise Jean-Yves Leclercq. Chaque cours pratique se prend sur rendez-vous. Des drones appartenant à l’école sont mis à disposition des élèves.

L.M. - équipe de rédaction

Autres actualités à Villers-le-Bouillet

Articles les plus populaires

Les promotions autour de Villers-le-Bouillet