Vie locale - Des moutons roux sur l’île de Bohan

Entre Vresse et Bouillon, trois petites îles, classées en zone Natura 2000, font l’objet d’une attention particulière de la part de leur propriétaire, la Fondation Roi Baudouin.

C’est ainsi que voici quelques jours, six moutons roux ardennais ont été installés sur l’île de Bohan (Vresse-sur-Semois) pour y pâturer. «Il est prévu qu’ils restent cinq mois sur l’île, précise Cédric Van Neste, porte-parole de la Fondation. Ils seront rentrés pour l’hiver.» Sur place, une plateforme a été aménagée. «Elle leur permettra de s’abriter s’il fait trop chaud. Une rampe a aussi été aménagée afin qu’ils puissent monter sur le toit si l’île devait être inondée.» Une clôture a en outre été installée sur la pointe de l’île afin que les animaux n’aillent pas brouter l’iris des marais, présente à cet endroit.

Ce retour à la pâture n’a pas été improvisé. «Lorsque la Fondation Roi Baudouin est devenue propriétaire des différents sites, le but était de laisser les îles à l’état sauvage, développe encore Cédric Van Neste. Mais nous avons notamment constaté que les arbres qui se trouvaient sur l’île de Bohan avaient un effet «peigne» lorsque l’île était inondée. Les déchets s’y amassaient, ce qui risquait de provoquer la création de barrages indésirables.»

Voici trois petites années, un comité technique composé d’une dizaine de personnes (des agents du DNF, de Natura 2000…) s’est rassemblé afin de réfléchir à la gestion de ces îles. Un plan a été élaboré. «Décision a été prise de les gérer en tenant compte du cadre plus large de la rivière, de ses riverains et du paysage. Mais aussi de veiller à ce que ces lieux puissent retrouver leur aspect d’antan.»

Cartes postales

Sur l’île de Bohan, des cartes postales témoignaient de la présence de pâturages. Les arbres qui s’y trouvaient ont été abattus. «Quatre arbres, parmi lesquels un pommier, ont toutefois été conservés. Quelques pommiers supplémentaires seront plantés prochainement,» ajoute Cédric Van Neste.

Ce projet s’intègre dans un plus large programme ciblant aussi les îles de la Vanne Cunin, elle aussi située dans la commune de Vresse-sur-Semois, et l’île «Montclar poète» à Poupehan dans la commune de Bouillon.

L’île de Poupehan, pour sa part, comprendra une zone forestière et une zone de pâturage. Une série d’arbres vont être abattus à cette fin. «Le comité a en outre décidé de faucher deux fois par an afin de lutter contre les plantes invasives et contre les orties, précise encore le porte-parole de la Fondation. Depuis que l’on a démarré ce processus, on constate le retour de certaines graminées.»

L’île de la Vanne Cunin, quant à elle, sera celle qui demandera le moins de travail.

«Comme elle se trouve dans une zone plus forestière, le plan prévoit de la laisser dans un état plus sauvage. Toutefois, des contrôles seront réalisés afin qu’elle ne soit pas envahie par des plantes invasives et/ou des orties. Il y aura donc un peu de fauche, des arbres coupés lorsque cela le nécessitera,» conclut Cédric Van Neste.

N.HN - équipe de rédaction

Autres actualités à Vie locale

Articles les plus populaires

Les promotions autour de Vie locale