Vie locale - Mons-Borinage et le risque Seveso

Le ministre de l’intérieur Jan Jambon a annoncé la fermeture prochaine de quatre casernes de protection civile, dont celle de Ghlin, il y a quelques jours. Rapidement, les inquiétudes des pompiers et des autorités politiques se sont portées sur la forte concentration en entreprises Seveso dans la province du Hainaut. La région de Mons-Borinage à elle seule compte quatorze de ces entreprises à risque.

Jeudi dernier peut-être avez-vous entendu résonner près de chez vous une sirène. Celle-ci est le signal d’alerte en cas de risque dans une entreprise Seveso.

«La province du Hainaut compte près de la moitié des entreprises Seveso de Wallonie!» a tenu à rappeler le gouverneur de la province, Tommy Leclercq, lors de sa rencontre avec le ministre de l’intérieur Jan Jambon, qui venait d’annoncer la veille la suppression de quatre protections civiles dans le pays, dont celle de Ghlin. «La protection civile était censée intervenir rapidement sur les sites en cas de problèmes, et j’espère que les zones incendies, en particulier la zone Hainaut-Centre, pourront obtenir une certaine forme de compensation

La région de Mons-Borinage a sur son territoire 14 entreprises classées Seveso, presque toutes implantées sur le vaste zoning de Ghlin-Baudour-Tertre. Elles sont classées en deux catégories, selon le niveau de risque. 8 sont au «seuil haut» (en rouge sur la carte) et 6 au «seuil bas» (en orange). Voyez la liste de ces entreprises ci-contre.

En cas de catastrophe...

Pour rappel, Seveso est le nom d’une commune italienne touchée par une terrible pollution à la dioxine suite à un incident dans une usine appartenant au groupe Hoffmann-Laroche, en 1976. Des centaines d’habitations avaient dû être évacuées. Mais à l’époque, aucun plan d’urgence n’existait et les démarches ont pris bien plus de temps que prévu. Depuis, l’Europe a décidé d’identifier toutes les entreprises pouvant présenter des risques et différents plans d’interventions ont été mis en place.

Les entreprises classées Seveso peuvent en cas d’accident ou d’incendie provoquer d’énormes dégâts à la fois pour l’environnement et pour la santé humaine et animale, au vu des produits qui pourraient s’en échapper. Et ce, sur plusieurs kilomètres à la ronde, selon l’intensité de l’incident.

Des mesures sont prises à la fois au niveau européen, fédéral, régional, provincial, et communal pour prévenir ces incidents et pour les gérer s’ils se produisent. Ainsi, sur la carte, vous pouvez voir l’ensemble des sirènes communales du territoire. Des exercices de prévention sont organisés tous les premiers jeudis du trimestre. «En cas de problème, ce sont les bourgmestres ou le gouverneur de la province qui sont habilités à déclencher ces sirènes et à compléter le document d’ordre d’activation,» explique Lætitia Quenon, fonctionnaire chargée de la planification d’urgence à la province du Hainaut. «La protection civile ou le centre 112 les active ensuite».

LP - équipe de rédaction

Autres actualités à Vie locale

Articles les plus populaires

Les promotions autour de Vie locale