Vie locale - 10 ans que le Spa Waux Hall Club attend d’y entrer

Le temps commence à paraître long aux membres du Spa Waux Hall Club. Ce club d’affaires créé en 2005 et qui fait venir des personnalités à Spa comme De Villepin, Maître Vergès, ou l’explorateur Alain Hubert n’occupe toujours pas les lieux d’où son nom est tiré. À l’époque, la Ville de Spa lui avait proposé de s’installer dans ce magnifique bâtiment dont la rénovation devait être terminée dans les deux ans. 10 ans plus tard, le club est toujours orphelin de son Waux Hall.

«Ça ne nous empêche pas de nous développer, juge Étienne Proesmans, administrateur du club qui se veut européen. On ne désespère pas, on va de l’avant, mais, c’est dommage de ne pas avoir le bâtiment dont on souhaite faire un outil. Si on a appelé le club Waux Hall, c’est parce qu’on voulait mettre ce bâtiment d’exception en avant. Je vois la Ville chaque année, et chaque fois c’est la même ritournelle.» Pourtant, le dossier qui semblait être au point mort n’est pas oublié dans le fond d’un tiroir. Les études pour aménager l’aile moderne sont pratiquement terminées: «Une réunion est à planifier avec la direction de l’académie pour finaliser l’affectation des locaux», renseigne l’échevin des Travaux interrogé à ce sujet lors du dernier conseil communal. L’académie René Defossez occupe déjà actuellement une partie du site. Divisée entre la rue Xhrouet et le Waux-Hall, l’académie aimerait s’y rassembler.

Le club d’affaires qui profite, en attendant, des installations au Golf de Spa compte 150 membres. Il doit occuper le bâtiment principal avec un espace restaurant «qu’on pourra peut-être ouvrir au grand public», décrit Étienne Proesmans. L’aménagement de la cuisine, aux frais du club, fait jaser depuis des années, mais les choses commencent à s’arranger. Pour le reste, «l’introduction de la demande de subsides sera faite fin d’année», avance l’échevin Mathy. «Tant qu’on n’a pas l’assurance de les avoir, on ne fera rien». L’investissement pour la réfection totale représente plus de 6 millions€ et il ne faut guère espérer plus de 2 millions de subsides. On peut comprendre dès lors pourquoi Spa ne se rue pas pour terminer cette rénovation, en partenariat avec l’Institut du Patrimoine Wallon. «L’intérieur est sauf et surveillé, et on est déjà content que l’enveloppe extérieure ait été rénovée», se réjouit Franck Gazzard, président de l’asbl l’Avenir du Waux-Hall qui porte aussi la casquette de conseiller communal d’opposition. Niveau politique, par contre, il regrette l’état des finances communales qui ne permettent pas d’en faire plus, rapidement.

L.M. - équipe de rédaction

Autres actualités à Vie locale

Articles les plus populaires

Les promotions autour de Vie locale