Vie locale - Une voiture sur trois est une automatique

Au cours du premier trimestre 2017, 50.402 voitures neuves disposant d’une boîte automatique sont été immatriculées, soit 30,6 % du total des nouvelles immatriculations. « À la fin de l’année, nous devrions avoir franchi le cap d’une immatriculation sur trois», estime Christophe Dubon de la Fébiac, la fédération de l’industrie automobile. À titre de comparaison, nous étions à 27,7 % d’automatiques immatriculées au 31 décembre 2016, contre 22,6 % à la même date en 2015. « Nous étions à 11,5 % de parts de marché en 2010 », rappelle Christophe Dubon.

Les chiffres fournis par la Fébiac concernent les boîtes automatiques proprement dites, mais aussi les boîtes séquentielles et les CVT (Variation continue). Remplaçant la boîte de vitesses manuelle, ce dernier dispositif mécanique permet de faire varier continûment le rapport de démultiplication d’un moteur. Pour les trois premiers mois 2017, les CVT représentaient 3,5 % des nouvelles immatriculations. La boîte séquentielle permet de rouler en automatique ou de passer soi-même les vitesses depuis une manette sur le volant, comme dans une F1 (11,8 % des nouvelles immatriculations). Enfin, 15,3 % des nouvelles voitures en 2017 sont équipées d’une boîte automatique traditionnelle.

« L’évolution technologique a rendu les boîtes auto plus agréables et plus sobres que par le passé. Avec l’essor des boîtes à double embrayage, les passages de rapport sont plus doux, plus rapides et moins saccadés» avance Christophe Dubon pour expliquer le succès croissant de ce type de transmission. Il y a encore dix ou vingt ans, un temps de latence existait lors du passage de vitesse. C’est terminé aujourd’hui grâce à la boîte à double embrayage. « En combinaison avec une gestion électronique efficace, la boîte auto change toujours de rapport au moment optimal pour favoriser une conduite éco», souligne le porte-parole de la Fébiac.

Le succès est aussi dû à l’importance du parc des véhicules de société dans notre pays. Comme ils roulent beaucoup, ils sont susceptibles de passer plus de temps dans les embouteillages. Or, le confort de la boîte automatique est indéniable dans ces circonstances. « Enfin de nombreuses motorisations ne sont désormais plus disponibles qu’en boîte auto, y compris en entrée de gamme», ajoute Christophe Dubon.

Dans ces conditions, beaucoup de jeunes conducteurs pourraient être tentés de passer leur permis avec une automatique. Attention, ils risquent de s’en mordre les doigts s’ils devaient revenir un jour à la boîte manuelle.

Une manuelle pour le permis

«La personne qui utilise une automatique à l’examen pratique reçoit un code 78. Elle ne peut pas conduire une voiture avec une boîte manuelle. Si elle le fait, elle est passible d’une amende de 1.600 à 16.000 euros», prévient Benoît Godart de l’Institut belge pour la sécurité routière (IBSR). Pour faire supprimer ce code 78, il faut repasser un examen pratique, soit après minimum deux heures de cours dans une auto-école agréée, soit en filière libre via un permis de conduire provisoire avec obligation d’avoir un guide. « Cette procédure est fastidieuse. Mais vaut passer son pratique avec une manuelle», conseille Benoît Godart.

SP - équipe de rédaction

Autres actualités à Vie locale

Articles les plus populaires

Les promotions autour de Vie locale