Vie locale - Un Carolo rassemble 50 ans après les «orphelins de Longlier»

Alors qu’il envisageait d’écrire un livre sur sa vie, il s’est demandé ce que ses anciens camarades de l’orphelinat étaient devenus. Presque 60 ans après, il a d’abord réussi à en retrouver quelques-uns via Internet, avant d’ensuite créer un groupe sur Facebook.

«J’y étais déjà revenu, seul, il y a trois ans. C’est toujours une ruine. Chaque fois que je reviens ici, il y a comme de la curiosité en moi. Le fait de revoir le bâtiment me fait revivre les souvenirs passés et les histoires que nous y avons connues. On a cloisonné cette période, on n’a pas spécialement envie d’en parler. Ça peut être dur pour certains de se remémorer certaines choses. Moi, j’ai décidé de fermer la porte. J’ai eu des enfants et ai des petits-enfants, ce n’est pas un sujet sur lequel on aime longuement discuter. Ils sont au courant, sans plus», commente l’ancien pensionnaire.

Michel Gérard se souvient encore très bien des punitions qu’il recevait quand il faisait une bêtise. Des sanctions inimaginables pour certains aujourd’hui. «Même si dans l’ensemble, je garde un bon souvenir de mon passage, je dois reconnaître que les Sœurs étaient assez dures avec nous. On vivait dans l’insouciance, comme chaque enfant à cet âge-là. Mais quand on faisait un mauvais coup, comme faire pipi dans son lit ou chiper un bonbon, c’était la claque sur les fesses ou le tirage d’oreille. Aujourd’hui, on en ferait tout un fromage… (sourire) Regardez les personnes présentes ce jour, on n’en voit pas une qui a tellement souffert de ça. Mais on ne peut pas dire que nous avons été élevés à coup de bâton non plus. Il y a des limites et il faut rester raisonnable», précise-t-il encore.

Après avoir donné rendez-vous au pied de l’église voisine, la troupe s’est ensuite dirigée vers l’entrée de l’ancien pensionnat pour y prendre quelques photos, avant d’aller échanger leurs souvenirs dans un restaurant de la région. Michel Gérard et les autres se sont ensuite quittés, mais ils n’oublieront jamais ce moment qu’ils espèrent réitérer à l’avenir. Une journée pleine d’émotion.

NG - équipe de rédaction

Autres actualités à Vie locale

Articles les plus populaires

Les promotions autour de Vie locale