Vie locale - Plus de courant: 3.185 euros perdus, rien qu’en glace

Didier Henrion, le libraire de la place Verte, qui exploite aussi une boulangerie, ne savait plus où donner de la tête ce jeudi matin: vers 1h, son alarme avait signalé un problème électrique, avant que les caméras se remettent à fonctionner. Mais à 6h, quand le premier membre du personnel est arrivé pour ouvrir le magasin, il a constaté que le problème détecté persistait: pas moyen de monter le volet électrique. Un appel parvient à ORES pour signaler la panne à 7h15.

Il a fallu alors que Didier Henrion passe par le 1er étage en se munissant d’une échelle, vers 7h45. Alors, il est apparu que seule une partie des appareils électriques fonctionnait encore, surtout les moins gourmands. Par contre, pour les bacs de glace et les congélateurs, par exemple, c’était le calme plat. Tout fondait. Et une seule caisse était en mesure de fonctionner. Le libraire a alors fait venir son électricien, qui a constaté qu’il y avait un problème de phases. Il s’est alors avéré qu’il y avait une fuite d’électricité dans le sol, juste devant la librairie.

Une série d’immeubles étaient touchés. Ceux de la partie de la place Verte allant de la Bourse au coin de la rue du Brou. Au début de la rue Xhavée, on s’était aussi retrouvé sans courant. En témoignait le volet toujours baissé du coiffeur. À la Bourse et chez Cache-cache aussi, c’était porte close.

Didier Henrion a rappelé dare-dare tout le personnel qu’il pouvait mobiliser en urgence. Mais une bonne partie de la marchandise comestible n’était plus vendable. Et 49 bacs de 5 litres de glace, à 13 € le litre à la vente, étaient foutus. Soit une perte de 3.185 euros.

Rayon boulangerie, pas moyen de couper le pain. Et des croissants et autres viennoiseries, congelés, étaient tout mous et irrécupérables, déplorait Didier Henrion. Lequel avait dû vite aller acheter deux allonges pour rebrancher ce qui devait l’être, en se fournissant de l’autre côté de la rue.

Finalement, le courant a pu être rétabli vers 13h15. La firme Bordarwé a dépêché une équipe qui est arrivée sur place vers 11h45. Elle a alors creusé face à la librairie, là où était localisée la panne. En 75 minutes environ, le trou était creusé et ORES pouvait réparer le câble basse tension défectueux.

La perte est sèche pour la journée, chez Henrion. Ce n’est pas tout: il va falloir aussi refabriquer pour être en mesure de fournir le client.

d’autres commerces touchés

Pour les autres commerçants, les pertes se chiffreront aussi. Pour la non-ouverture et le manque de recettes, entre autres.

Un décret wallon prévoit une intervention forfaitaire pour une interruption non planifiée à partir de 6 heures consécutives. Reste à déterminer le laps de temps sans courant et le montant des pertes.

LM - équipe de rédaction

Autres actualités à Vie locale

Articles les plus populaires

Les promotions autour de Vie locale