Vie locale - Le Lumsou débarque!

Faire ses courses de manière éthique. C’est l’un des objectifs de la nouvelle monnaie namuroise, le lumsou. Lancée ce 14 mai par l’ASBL Lumsou, elle doit servir à mettre en avant l’entrepreneuriat éthique et durable. «Nous travaillons aujourd’hui avec une dizaine de commerçants du Namurois. Les clients pourront acheter leurs produits en étant certains que leur argent va profiter à l’économie locale», explique Nicola Virone, de l’asbl Lumsou qui porte le projet.

Namur, Andenne, Eghezée et Mettet

La monnaie est disponible à Namur mais aussi à Andenne, Éghezée ou encore Mettet. En tout, on peut retrouver le lumsou dans douze communes namuroises. Le nom est un mélange entre le mot «sous» et le mot wallon lumson qui signifie escargot. Nicola explique: «Comme les Namurois sont réputés pour leur lenteur nous avons pensé que c’était le nom parfait». Trois monnaies citoyennes existent donc maintenant dans la province de Namur. Dans le sud, du côté de Dinant, il n’en existe pas encore.

Pour se procurer le lumsou il faut se rendre chez les partenaires de l’association qui sont aussi des comptoirs de change. C’est le cas de la librairie Papyrus. Tous les partenaires ne sont pas forcément des comptoirs de change. La liste exhaustive est consultable sur le site internet de l’asbl.

Le lumsou c’est 4 billets: un billet de 1, un de 5, un de 10 et un de 20. Sur chaque billet un monument de Namur est représenté. «La sécurité est garantie avec quatre niveaux de protection. Il y a un hologramme sur le billet, nous utilisons du papier en filigrane, des numéros de séries, et des fibres de deux couleurs comme sur les euros. Ils pourront être passés au détecteur de faux billets comme pour les euros», ajoute le porte-parole.

Un limsou est égal à un euro. Si vous achetez un produit qui coûte 4,5€ et que vous payez avec 5 lumsous, la monnaie vous sera rendue en euros.

Seul bémol: le citoyen doit obligatoirement dépenser ses lumsous, il n’est pas autorisé à les échanger en euros. Les commerçants partenaires eux en ont le droit gratuitement.

«La prochaine étape c’est le lancement de la monnaie électronique», explique Jean Gréban, membre du conseil d’administration de l’Asbl Lumsou. «Cela nous permettra de proposer un panel de partenaires plus grand. La coopérative Paysans-artisans est très intéressée par notre projet mais les citoyens ne peuvent acheter leurs produits qu’en ligne. Nous allons donc essayer de nous adapter à ce type de public aussi

L.M. - équipe de rédaction

Autres actualités à Vie locale

Articles les plus populaires

Les promotions autour de Vie locale