Vie locale - Elle a fait du chocolat avec les enfants malades

Humaniser l’hôpital. Tel est l’objectif poursuivi par la Clinique de l’Espérance à Montegnée en hémato-oncologie pédiatrique. «Les enfants malades se lèvent, déjeunent et viennent à l’école comme tous les autres», sourit Hélène, institutrice maternelle au CHC. Et comme tous les petits bouts, ils ont droit à leurs activités récréatives. En hôpital de jour (les enfants viennent, parfois tous les jours, pour leur traitement mais ne dorment pas sur place), ces animations sont plus rares et d’autant plus appréciées. «Ce n’est pas évident à organiser car les enfants vont et viennent au fil de la journée en fonction de leurs rendez-vous médicaux et les normes d’hygiène sont strictes pour limiter le risque d’infections. Il y a beaucoup de précautions à prendre», souligne Virginie, institutrice primaire.

Pâques avant l’heure

Vendredi 31 mars, c’était confection de petits œufs en chocolat dans la salle de jeux réservée aux enfants souffrant de maladies chroniques et à l’immunité plus faible, un atelier animé par Laurie Goset, chocolatière de Hermalle-sous-Huy (Engis, en province de Liège). La jeune femme de 26 ans a ouvert sa boutique «Choc A Lau» à Engis il y a deux ans et a déménagé sur la route du Condroz à Neupré il y a deux mois à peine. «La maman de Virginie, institutrice primaire à l’hôpital de Montegnée, est une de mes clientes. Elle a vu que j’organisais des stages pour les enfants et Virginie m’a demandé si j’étais d’accord de venir à la clinique. C’est une première pour moi. J’ai bien sûr accepté», rapporte Laurie Goset.

Au programme de cette matinée: un bref historique du chocolat et une mise en pratique immédiate. Les enfants ont participé activement à la préparation (tempérage) du chocolat et à la création de petits œufs de Pâques fourrés. À tour de rôle, ils ont appliqué avec attention les conseils distillés par la chocolatière dont ils observaient avec attention tous les gestes experts. «Regarde, tu fais comme moi, tu prends une moitié d’œuf et tu déposes du chocolat dessus, et puis tu colles avec l’autre moitié d’œuf. Voilà, comme ça. Après, on fera goûter à tous tes copains!» Les parents présents n’ont pas manqué de les féliciter à chaque étape. Tous n’ont malheureusement pas pu mettre la main à la pâte, ne pouvant in fine pas consommer de chocolat. Un enfant a ainsi assisté à l’atelier de loin. Chaque petit est libre de prendre part ou non aux animations en fonction de son intérêt ou de rejoindre sa chambre s’il est trop fatigué. «Les activités de l’extérieur rencontrent un grand succès, cela leur fait très plaisir», constate Hélène. «Tout s’est bien déroulé, malgré la température élevée de la pièce, le chocolat a pris, ouf! C’est assez dur d’être confronté à la maladie des tout petits mais c’est avec grand plaisir que je reviendrai si l’occasion se représente», conclut Laurie Goset.

L.M. - équipe de rédaction

Autres actualités à Vie locale

Articles les plus populaires

Les promotions autour de Vie locale