Vie locale - Plus de 10.000 golfeurs dans la province

Avec 11 clubs possédant leurs propres installations, le Brabant wallon est la province wallonne la mieux fournie en termes de terrains de golf. Longtemps discret et réservé aux familles aisées, ce sport tend à s’ouvrir à toutes les couches de la population et voit le nombre de ses adeptes augmenter légèrement d’année en année.

Le résultat d’une politique de fond menée par plusieurs clubs de la province. C’est le cas du Golf de Rigenée, à Villers-la-Ville, qui s’est attaquée à la formation des jeunes depuis plusieurs années. «Nous comptons chez nous plus de 850 membres, dont 250 juniors, commente Brieux De Kerros, un des responsables du club. La répartition est assez équitable entre les juniors d’une part, les 24-40 ans d’autre part et les seniors. Nous sommes très actifs en ce qui concerne la formation des jeunes et la démocratisation du golf à tous les niveaux. Nous voulons casser avec cette image du jeune rentier qui joue au golf. Cela passe par des cotisations avantageuses (voir par ailleurs), la suppression des droits d’entrée mais aussi des initiations dans les écoles.»

Une démocratisation qui touche aussi d’autres clubs qui ont décidé de mettre en place des systèmes qui profitent aux plus jeunes. «Pour jouer au golf, il faut du temps, explique Amédée Le Hardy, du Golf du Château de la Bawette, fort de 750 membres à Wavre. Pour un 18 trous, il faut souvent compter environ quatre heures, ce qui peut freiner les personnes qui ont une vie professionnelle bien remplie. C’est pourquoi les cotisations sont différentes en fonction de l’âge des membres.»

Le golf en Brabant wallon, ce n’est pas non plus qu’une affaire régionale. En effet, les joueurs traversent aisément les frontières pour venir découvrir nos terrains. «Avec la proximité de la E411, 30 à 40% de nos 800 membres viennent de la région bruxelloise», constate Brano Rechter pour le golf de Louvain-la-Neuve.

On vient du monde entier

Un constat similaire au golf de la Bruyère, à Sart-Dames-Avelines. «Nous accueillons beaucoup de Bruxellois ou encore des personnes originaires de la province de Namur, ou encore de Mons ou Charleroi parmi nos 1.280 affiliés.»

Des clients originaires d’un peu partout en Belgique, mais aussi de l’étranger. «Notre parcours de 18 trous a été imaginé par un architecte mondialement connu et les gens viennent voir cela d’un peu partout dans le monde», se réjouit-on au golf du Bercuit, à Grez-Doiceau.

Pour le Golf du Rigenée, on remarque aussi que la clientèle peut venir dans un but touristique. «Les Anglais et les Hollandais sont très friands des terrains belges. On accueille aussi pas mal d’expatriés du Moyen-Orient qui viennent s’essayer au golf dans nos contrées.»

Une ouverture qui se fait donc à tous les niveaux, pour populariser au maximum un sport qui gagne à être connu mais où certains aiment encore rester dans des cercles assez fermés. C’est par exemple le cas du Royale Waterloo Golf Club de Lasne, un des plus importants avec plus de 2.000 membres. «Contrairement à d’autres clubs qui ont supprimé les droits d’entrée, nous avons décidé de les maintenir. Il faut compter 8.000 euros pour tout majeur qui s’inscrit à notre club. Nous gardons au fil des années une clientèle familiale et assez fermée.»

Un modèle que partage le golf du Bercuit. «Les demandes sont plus nombreuses qu’auparavant, mais les 2.000 euros de droits d’entrée refroidissent généralement les gens. Le club compte 400 membres qui sont souvent des actionnaires.»

Juste derrière le Royal Waterloo Golf Club fort de ces 2.000 membres ,le golf de Sept Fontaine de Braine-l’Alleud qui compte 1.800 affiliés, et le golf nivellois de la Tournette, qui compte 1.700 membres. Des chiffres qui ont tendance à se stabiliser, tout en essayant de s’ouvrir un maximum à un public plus large, notamment en misant sur la jeunesse.

NG - équipe de rédaction

Autres actualités à Vie locale

Articles les plus populaires

Les promotions autour de Vie locale