Vie locale - Le succès des bières belges bio

Rencontre avec Olivier Dedeycker, directeur de la brasserie Dupont (Leuze-en-Hainaut), première brasserie belge à fabriquer de la bière bio. Alors que l’entreprise familiale produisait déjà de la bière traditionnelle depuis 1920, c’est en 1990 que l’aventure «bio» a commencé. «Tout d’abord, pour fabriquer de la bière bio, il faut respecter le règlement européen, qui porte sur plusieurs points».

L’achat des matières premières biologiques

«Nos fournisseurs sont eux-mêmes certifiés bio. Nous devons pouvoir prouver que chaque ingrédient est labélisé, sauf les éléments qui ne sont pas soumis à la réglementation, comme l’eau par exemple. Toutefois, celle que nous utilisons pour toutes nos bières est pompée sur nos terrains à 80m de profondeur». L’orge et le houblon proviennent de fermes bio, le malte d’orge est préparé par un transformateur labélisé bio,etc.

Transformer en respect avec la charte

«Certains traitements et additifs sont interdits mais de toute façon, notre schéma de production est déjà très traditionnel, ‘à l’ancienne’. On ne fait pas intervenir d’arômes ni d’additifs, nous sommes donc facilement passés en bio». C’est au niveau de l’organisation que des changements se sont imposés. «Nous commençons la journée avec la production bio, pour ne pas la ‘compromettre’ par la production classique».

Il y a quelques années, la brasserie Dupont était d’ailleurs la seule brasserie belge à fournir de la bière bio aux Etats-Unis, où la règlementation était encore plus stricte. «Nous commencions donc le travail avec la production bio USA, puis la bio européenne, ensuite la production traditionnelle». A l’heure actuelle, les labels américains et européens sont équivalents.

Commercialisation et contrôles

«L’étiquetage doit porter le logo du label bio européen, dans le matériel de promotion (folders…), il faut toujours faire référence à l’organisme de contrôle, etc.».

Désormais, la pratique de travail est bien rodée à la brasserie Dupont. De plus, «le personnel est formé aux contraintes du règlement européen et est bien averti des enjeux». L’important, ce sont les achats, «qui imposent beaucoup de traçabilité dans l’entreprise».

Comme le règlement le prévoit, la brasserie connaît un audit annuel, en plus de contrôles ponctuels. «Nos fournisseurs sont aussi contrôlés et des vérifications de produits finis s’effectuent directement dans les points de vente».

Au départ, dans les années 90, ces points de vente étaient composés à 100% de magasins bio. «Depuis une quinzaine d’années, notre clientèle s’est très élargie. Nous vendons aussi à des grossistes en boissons, à des enseignes de grande distribution, etc.». La production bio est exportée dans 25 pays dont les Etats-Unis, le Japon, le Canada, l’Italie, les Pays-Bas, la France, le Danemark, l’Angleterre, la Chine, l’Australie…

- équipe de rédaction

Autres actualités à Vie locale

Articles les plus populaires

Les promotions autour de Vie locale