Vie locale - À Barcelone en stop

Vous connaissiez Pekin Express ? Voici désormais Barcelone Express ! Ce nouveau challenge fait des émules. Des centaines de duos et de trios vont participer à cette course de rapidité. Le concept est simple : se rendre en auto-stop jusqu’à Barcelone sans argent et sans aide en démarrant de Paris ou de Bruxelles. Lors de chaque étape, des épreuves assez ludiques seront organisées. Elles permettront de gagner des bonus temps.

Une des équipes est constituée de Sophie Demeester et de Tamara Marinkovic. «Nous travaillons ensemble depuis quatre ans, explique Sophie. Nous avions envie de partager une expérience. Tamara a publié sur mon mur les infos sur ce Barcelone Express. Au début, ce n’était juste qu’un délire. Mais en nous renseignant, nous avons vite accroché et avons décidé de nous inscrire.»

Pas d’argent

Ce challenge, qui mêle aventure et voyage, correspond aux envies de ces deux collègues. « J’adore voyager, raconte Tamara.C’est une de mes plus grandes passions. Je suis déjà allée au Canada, au Laos, au Cambodge, au Zanzibar…» Sophie a aussi l’âme d’une aventurière : « J’ai déjà vécu six mois en Australie et quatre mois au Brésil. J’ai l’habitude de porter un sac à dos et dormir dans une tente. Je fais chaque année le Dour Festival. Et le jeu ne dure que cinq jours. Nous devrions survivre».

Aller jusqu’à Bruxelles en auto-stop ne leur fait donc pas peur : « Tout est très bien sécurisé. À chaque fois que nous serons prises par un automobiliste, nous ferons une photo de sa carte d’identité et de son numéro de plaque. Et d’après les statistiques, deux jeunes filles sont plus facilement prises en voiture. Sophie parle en plus plusieurs langues, dont l’espagnol. Cela pourrait être un avantage. Mais nous ne nous mettons pas de pression. Nous participons juste à ce challenge pour le côté fun. Nous ne voulons pas à tout prix gagner».

La récompense pour le duo ou le trio gagnant en fait pourtant saliver plus d’un. Les personnes, qui remporteront la compétition, bénéficieront d’un voyage autour du monde.

Et pendant les journées de compétition, les deux amies ne pourront pas dépenser un euro: « Ce ne sera pas très compliqué. Nous prendrons de l’eau et quelques petits aliments avec nous. Et pour le matin et le soir, nous avons décidé de payer 70 euros pour bénéficier des repas préparés par l’organisation».

Les frais d’inscription ne sont cependant pas négligeables. Chaque personne doit verser 250 euros. Mais les participants peuvent recevoir l’appui de sponsors : « Pour un versement de 25 euros, chaque entreprise pourra avoir son logo sur le t-shirt que nous porterons pendant la course. Cela peut être une opportunité car nous venons de créer une page Facebook. Nous y diffuserons des photos et des vidéos lors du challenge. En plus, tous les bénéfices seront reversés à l’association « The international Tree Fondation », qui veut replanter des milliers d’arbres en Afrique».

Les deux Montoises ont également besoin du soutien des internautes: « Les gens peuvent nous aider en cliquant sur le bouton « support », présent sur notre page sur le site internet de la compétition. Notre équipe s’appelle les « Bananas Del Sol ». Plus les gens nous supporteront, plus nous pourrons partir avec des minutes d’avance».

LP - équipe de rédaction

Autres actualités à Vie locale

Articles les plus populaires

Les promotions autour de Vie locale