Vie locale - Les profs de Marchin en immersion

Le monde de l’enseignement est toujours en quête en méthodes et de pratiques pour améliorer les techniques d’enseignement en Wallonie. «L’enseignement francophone est inégalitaire. La problématique centrale demeure la prise en charge des enfants les moins favorisés. On peut attendre ou on peut essayer de faire du concret, et c’est cette dernière option que le consortium a choisi de suivre», entame Didier Leturc, coordinateur du consortium WBE. C’est pourquoi l’école de Marchin a souhaité prendre part au projet ambitieux Eramus+ comme 4 autres écoles du pays. Ainsi Fabienne Hardenne, Régine Engelmann et Tiziana Paganelli sont parties en immersion respectivement aux Pays-Bas, en Angleterre et en Italie. «On a appris énormément de ces voyages. On a pu observer les élèves en classe et constater les bienfaits de certaines techniques que ce soit dans la disposition des bancs, de la méthode utilisée pour favoriser la lecture ou encore dans le nombre d’encadrants en classe, où le professeur est accompagné d’un assistant», explique Tiziana Paganelli qui fait ressortir les bienfaits d’un apprentissage individualisé. Outre ces techniques utilisées en classe, les professeurs ont mis le doigt sur les sorties pédagogiques. «On a visité un moulin pour mettre les élèves en condition. Il y avait une exposition sur la route des épices, ce qui a permis de travailler ce pan de l’histoire. On a également pu voir le moulin en activité ce qui a été l’occasion de travailler le cours de physique. Une simple sortie a permis de travailler différentes matières, on aborde ainsi les cours de manière transversale», ajoute Fabienne Hardenne. Un recueil des bonnes pratiques a été rédigé et peut être consulté sur: www.wallonie-bruxelles-enseignement.be/ eramus.

L.M. - équipe de rédaction

Autres actualités à Vie locale

Articles les plus populaires

Les promotions autour de Vie locale