Vie locale - Sept ans plus tard, Ciney récupère son clocher

Il aura fallu attendre 7 ans pour que la collégiale de Ciney soit de nouveau accessible au public. Après la tempête du 14 juillet 2010, entraînant la chute du clocher et une forte détérioration du bâtiment, elle va rouvrir ses portes au public le 7 mai pour une première visite. Mais le clocher, qui a été reconstruit à l’identique, ne regagnera sa place au sommet de l’édifice que le mardi 16 mai. Les habitants sont conviés à cet événement que le bourgmestre, Jean-Marie Cheffert, juge historique.

Les travaux colossaux nécessaires pour réhabiliter la collégiale ont pu sembler très longs. Henri Focant, échevin du Patrimoine de la ville de Ciney, a une explication logique :

« Notre collégiale est un monument classé. Donc pour la rénover, nous avons eu besoin d’attendre l’obtention de différents permis, l’acceptation de nos demandes de subsides... Nous avons fait face à des problèmes d’assurance, suite à la tempête de juillet 2010. Il nous fallait aussi rendre un cahier des charges, et comme nous avons fonctionné via le marché public, il fallait confier les travaux à une entreprise privée.»

Néanmoins, il se félicite de l’avancée de la reconstruction:«C’est remarquable, car les procédures sont très longues. Toutes les pierres ont dû être numérotées pour qu’on puisse les replacer à leur emplacement d’origine.» Sa fierté se ressent aussi lorsque l’échevin évoque les techniques utilisées. «Le clocher sera fini à terre. On a hésité à ardoiser à terre mais envoyer des ouvriers travailler en haut de la collégiale, ça aurait été très risqué. On a privilégié la sécurité même si c’est beaucoup plus lourd. Le coq pèse déjà 250 kilos, alors le clocher doit peser presque 1,5 tonne.»

L’entreprise en charge de l’installation du clocher ne peut pas faire appel à n’importe quelle grue pour grimper au sommet. C’est pourquoi l’inauguration aura lieu le mardi 16 mai, et pas durant le week-end.

«Tout vient d’une contrainte de l’entreprise. La grue qu’il faut n’est pas disponible le week-end, ou en tout cas, elle était trop chère. C’est une grue qu’on ne peut pas vraiment immobiliser car on la paye à l’heure. Comme dans tous les secteurs, les heures du week-end sont plus chères»,explique l’échevin du Patrimoine avant d’ajouter : «Les ouvriers n’auraient pas été facilement disponibles durant le week-end. Au final, la Ville n’a pas eu d’emprise réelle sur cette décision. » Reste que cette grue ne sera utilisée le matin du 16 mai que si la météo y est favorable. «La grue est si grande qu’il est primordial de faire attention au vent ».

La première visite de la collégiale rénovée aura lieu le 7 mai, elle sera sécurisée par les entreprises chargées des travaux. Lors de cette visite, le clocher n’aura pas encore repris sa place. Une fois qu’il sera installé, la collégiale retrouvera sa fonction originelle. «On y retrouvera les célébrations religieuses. Vu que c’est un patrimoine classé, on doit garder la même utilité qu’avant», ajoute Henri Focant.

LM - équipe de rédaction

Autres actualités à Vie locale

Articles les plus populaires

Les promotions autour de Vie locale