Vie locale - Faire de Borzée un endroit où se ressourcer

Propriété de la CGSP, le Centre de vacances de Borzée (La Roche) n’avait jusqu’ici trouvé aucun repreneur depuis sa fermeture en 2010. Des demandeurs d’asile y avaient été accueillis pendant un moment, une étude avait aussi été réalisée par EuroPraxis, une entreprise de conseil. Cette dernière avait réalisé une étude de marché. Elle proposait, à l’époque, de «faire ressortir l’âme du village en le dédiant notamment au tourisme haut de gamme.» C’est finalement le Groupe Lamy – spécialisé dans les métiers du tourisme et de l’immobilier- qui a décidé de racheter l’ensemble du site à la fin du mois de mars.

«Nous avons reçu les différentes études réalisées sur ce centre, explique Jordane Lamy, administrateur délégué, nous en avons pris connaissance mais nous préférons y développer notre savoir-faire. Nous avons notre propre expérience du marché belge.»

Unz zone naturelle au grand potentiel

Dans le cadre du développement de leurs activités, le Groupe Lamy recherchait un site en Ardenne. «C’est comme cela que nous avons entendu parler de Borzée, explique Jordane Lamy, administrateur délégué. Quand nous avons vu le potentiel de cette zone naturelle, nous avons directement pris contact avec la CGSP.»

Le groupe est depuis devenu le nouveau propriétaire.

Une étude de marché est en cours afin de déterminer de manière plus précise ce que deviendra l’endroit, mais plusieurs options ont déjà été fixées. «Nous tenons à conserver le caractère naturel, précise d’emblée Jordane Lamy. Notre fil rouge est que les personnes qui viendront passer quelques jours chez nous puissent trouver à se ressourcer.»

L’ensemble des infrastructures présentes sur le site ne sera pas conservé en l’état. «Le petit hameau, situé dans la partie basse, a un caractère authentique que nous souhaitons restaurer et conserver, commente l’administrateur délégué. Dans la partie haute, toutefois, l’imposant bâtiment construit dans les années septante est devenu vétuste. Il est aussi très énergivore. Il sera détruit.»

De l’habitat en bois

Sur les 15 hectares que compte le site, le Groupe Lamy ne souhaite pas densifier l’habitat à tout-va. «Nous construirons sans doute de l’habitat avec une ossature bois. Mais nous ne savons pas encore si nous allons plutôt construire des gîtes, des cabanes… À ce sujet, rien n’a encore été décidé. Nous voulons juste que les futurs bâtiments soient «cosy» et conservent un caractère naturel.»

Le Groupe Lamy ne souhaite pas non plus que les touristes en villégiature restent «en vase clos». «Nous veillerons à établir des connexions avec La Roche, une ville déjà très dynamique au niveau des événements sportifs. Nous comptons en outre travailler avec les commerces locaux et les circuits courts en place dans la région», conclut l’administrateur délégué.

LM - équipe de rédaction

Autres actualités à Vie locale

Articles les plus populaires

Les promotions autour de Vie locale