Vie locale - Apprenez les gestes qui sauveront vos compagnons à quatre pattes

Défibrillateurs dans les clubs sportifs, formation de premiers secours dans les écoles ou encore pour les particuliers, les choses ne manquent pas pour apprendre à sauver des vies humaines. Si cela n’est pas encore obligatoire ou inscrit dans les programmes scolaires, cela n’empêche pas certaines personnes de déjà voir plus loin, et de penser à tous les êtres vivants, à commencer par nos animaux de compagnie.

Différents des humains

C’est le cas de Virginie Derbaudrenghien. Vétérinaire dans la région de Hélécine, elle a lancé en janvier dernier une formation à destination des propriétaires de chien et chat. Le but? Leur apprendre les premiers gestes qui peuvent sauver la vie de leur meilleur ami. «Cette formation se déroule le temps d’une journée et le but est d’apprendre des gestes simples et à portée de tous qui peuvent sauver des vies, explique-t-elle. L’intérêt de cette formation est de pouvoir intervenir entre le moment de l’accident ou de la détection du problème, et l’arrivée du vétérinaire.»

Les pratiques sont semblables à ceux que l’on peut effectuer sur des humains. «Dans l’absolu, oui. On apprend à réanimer, panser une plaie ou transporter sans danger un chien ou un chat, indique-t-elle. Mais les gestes sont tout à fait différents que ceux que l’on peut faire sur des personnes.»

D’où l’intérêt de cette formation qui se déroule avec des animaux en peluche ou encore des mannequins. «Je donne la formation à des groupes de 14 ou 15 personnes maximum, détaille-t-elle. Je tiens à pouvoir donner des conseils individuels et c’est pourquoi ce nombre est largement suffisant. Et les animaux «vivants», si je peux le dire ainsi, ne sont pas admis. Si on se retrouve avec un mélange de 15 chiens et chats cela ne va jamais aller (rires).»

Le succès était d’ailleurs au rendez-vous des premières formations et les prochaines devraient rapidement afficher complet.

Cette journée de formation vous permet donc d’apprendre à ne pas céder à la panique en cas de problème, venir en aide activement à votre animal, agir pour éviter que sa situation ne s’aggrave en attendant le vétérinaire, le transporter chez le vétérinaire en toute sécurité, réaliser une réanimation en cas d’urgence mais aussi à ne pas vous mettre en danger en tentant de sauver un animal. Des gestes qui ne s’apprennent si dans les livres ni sur internet, explique le site de Mobilovet, le service vétérinaire mobile de Virginie. «Seule la pratique lors d’une session de formation peut vous préparer efficacement à faire face le jour où, malheureusement vous êtes confrontés à une telle situation. Le but n’est bien évidemment pas de remplacer votre vétérinaire, loin de là. L’objectif est surtout et avant tout de pouvoir agir en amont, efficacement et en toute sécurité. Avec des gestes simples mais précis, non invasifs, et qui font la différence.»

Les prochaines formations sont prévues le 7/5 à Bruxelles, le 21/5 à Charleroi et le 11/6 à Liège. Mais elle devrait également être présente le 14 août prochain à l’occasion de la traditionnelle Journée du Chien qui se tient au Domaine provincial d’Hélécine. Et nul doute que d’autres sessions seront programmées dans votre région !

Un parcours atypique

Vétérinaire au parcours atypique, Virginie s’appliquait déjà à soigner les animaux en étant petite. Pourtant, à l’adolescence, son choix se porte sur des études d’agronomie et elle s’envole ensuite pour une carrière humanitaire en Afrique, son pays d’enfance. Quelques années en Birmanie sur un projet de santé animale la font revenir à ses premières amours et, c’est déjà âgée d’une trentaine d’années, que Virginie décroche son diplôme de vétérinaire de la Faculté de Médecine Vétérinaire de Gand. Familiarisée avec les NACS elle travailla d’abord en région bruxelloises avant de venir s’installer à la campagne.

Soucieuse de pratiquer une médecine vétérinaire proche des gens, en proposant des prestations à domicile mais de manière professionnelle, Virginie s’est ainsi embarquée à bord de son Mobilovet. Sur rendez-vous, le mobil-home équipé se rend à domicile, effectue ses branchements à une prise électrique et peut ainsi soigner les animaux à bord.

Bref, une vision très dynamique et accessible du bien-être animal qui pourrait peut-être donner des idées au corps médical en charge des humains, spécialement dans ces régions où la pénurie de médecins fait rage!

Infos:

formation.mobilovet.be

J.S. & L.C. - équipe de rédaction

Autres actualités à Vie locale

Articles les plus populaires

Les promotions autour de Vie locale