Vie locale - «Un phare du char en Espagne»

Marc Caprasse, Bourgmestre de Houffalize, nous explique ce projet de restauration.

Quel sera le coût de cette restauration?

«Il n’a pas été déterminé à l’avance car restaurer un tel véhicule peut parfois engendrer quelques surprises. Ce matin, par exemple, l’une des chenilles montre des signes de résistance. Décision a donc été prise avec la Défense de payer selon le nombre d’heures prestées sur la restauration du char.»

Pourquoi avoir décidé de restaurer le char?

«Cela reste un symbole fort de notre Histoire. Nous devons tout faire pour ne pas oublier ce qui s’est passé ici.»

Vous avez choisi Bastogne Barracks pour ce travail de restauration. Pourquoi?

«Tout simplement parce qu’ils ont énormément de compétences. Ce qu’ils vont accomplir, c’est un véritable travail d’archéologue. Ils ont d’ailleurs démarré leurs recherches et sont déjà parvenus à retrouver des roues d’époque pour remplacer une partie des roues manquantes. On constate qu’il y a une certaine émulation autour de ce projet.»

Vous avez déjà des retours?

«Oui. Depuis l’annonce de cette restauration, des personnes nous appellent pour nous en parler ou donner des informations. Voici peu, j’ai aussi reçu un coup de fil d’une personne résidant en Espagne. Elle m’a signalé qu’elle avait en sa possession un phare du char Panther. Elle se trouvait à Houffalize après la guerre. À l’époque, elle l’avait ramassé… Elle va nous le restituer.»

LM - équipe de rédaction

Autres actualités à Vie locale

Articles les plus populaires

Les promotions autour de Vie locale