Vie locale - Signature du Contrat de Rivière Escaut-Lys

Chantal Delangre, échevine de l’environnement à Estaimpuis, où se déroulait cette rencontre, a souhaité la bienvenue à ses hôtes et confirmé, au nom du député-bourgmestre, en mission parlementaire à Rome, l’importance que sa Commune accordait à l’eau dans son plan de développement, citant notamment le Canal comme pôle d’attractivité.

La députée Mathilde Vandorpe a évoqué les défis auxquels il fallait répondre afin de préserver les cours d’eaux et leur écosystème. Le budget de 1.880.000€, qui a permis d’engager 50 emplois et de déployer 8.000 actions locales, prouve que la Région Wallonne a conscience de l’importance de l’enjeu, en concordance aussi avec les objectifs européens. 200.000€ sont prévus pour 2017 afin de lutter contre les plantes invasives.

Le député Gérald Moortgat, pour la Province, a souligné l’ampleur de la tâche avant que Philippe Robert, échevin à Tournai et président du Contrat Escaut-Lys, ne rappelle l’utilité du contrat qui les unissait: «À travers l’ensemble des informations que nous fournissons et le diagnostic réalisé par la cellule de coordination, nous mettons en avant les enjeux et besoins en termes de gestion durable de la ressource en eau sur nos territoires. Ce contrat nous permet de définir des objectifs communs et assurer ainsi une vraie cohérence autour de la gestion de l’eau.»

Bilan et projets

Il a évidemment aussi tiré le bilan de la période écoulée: «Lors du dernier programme, 209 projets ont été réalisés: travaux d’assainissement, création de mares, de panneaux pédagogiques, renforcement de berges, coopération transfrontalière, etc.» Il a enfin défini les axes sur lesquels s’inscrit le projet d’action des trois années à venir: recréer du lien entre citoyens et cours d’eau, lutter contre les atteintes aux eaux de surface et favoriser leur gestion, limiter les risques face aux inondations. Il a insisté sur la nécessité de mettre en place un projet pilote d’accompagnement des riverains afin de réduire, autant que possible, leur vulnérabilité face aux éléments naturels.

Faudra-t-il revoir l’appellation: oublier Lys et ne plus parler que d’Escaut? Le président Philippe Robert a précisé au cours de son intervention que tout serait mis en œuvre pour que Comines réintègre l’association qui rassemble actuellement 13 Communes sur les 19 qui recouvre le bassin. Il s’agit d’Antoing, Beloeil, Bernissart, Brunehaut, Celles, Estaimpuis, Frasnes-lez-Anvaing, Mont-de-l’Enclus, Mouscron, Pecq, Péruwelz, Tournai et Rumes. Parmi les autres protagonistes, citons la Province de Hainaut, le parc naturel des Collines, celui des Plaines de l’Escaut, le CRIE Mouscron, Natagora, Ipalle, le SPW, la fédération piscicole, l’ASBL Wateringue, des intercommunales, Phyteauwal, etc. Bref, toutes les forces vives sensibilisées au respect de l’eau, ressource naturelle primordiale et souvent pourtant malmenée. La députée Mathilde Vandorpe, qui avait signé la convention en 2011, en sa qualité d’échevine de l’Environnement de Mouscron, s’est en tout cas réjouie de la pérennité et du bon fonctionnement de l’association.

NE - équipe de rédaction

Autres actualités à Vie locale

Articles les plus populaires

Les promotions autour de Vie locale