Vie locale - Gil Hautois, illustrateur du patrimoine wallon

Heureux d’avoir exposé une partie de sa collection dans «sa ville d’adoption», c’est plutôt souriant et détendu que Gil Hautois accueille les visiteurs qui ont franchi le pas jusqu’au Centre Culturel d’Anderlues. «Le vernissage s’est très bien passé. Il y avait quand même pas mal de monde, et je suis vraiment très content de pouvoir exposer ici», sourit-il.

Car s’il est un «Louviérois pure souche», Gil reconnaît avoir développé une relation particulière avec Anderlues où il réside depuis plusieurs années. Une partie de son travail est d’ailleurs consacrée à la ville des Bourlettis. «Plus largement, je consacre la plupart de mes œuvres au patrimoine local. J’ai notamment travaillé en collaboration avec les villes de Charleroi, Liège ou La Louvière. Et tout récemment Thuin où on a décliné une création en plus de 100 exemplaires».

Le Patrimoine wallon est donc la principale source d’inspiration de cet artiste autodidacte et semi-professionnel. Le carnaval de Binche, la Bourlette d’Anderlues, le Musée des Beaux-Arts de Charleroi, les exemples ne manquent pas.«La Wallonie, c’est la matière principale de mon travail. Concrètement, partout où je me déplace, j’illustre».

Couleurs vives et traits marqués, son style ne laisse pas indifférent. «C’est à la fois lumineux et réjouissant», souffle un visiteur. Gil explique: «Sans être trop technique, on peut parler d’un style proche du travail de vitrail. Comme sur les vitraux, il n’y a pas ou peu de dégradés, les couleurs sont séparées et déterminées par des traits. C’est inspiré de la ‘ligne claire’ dont Hergé était l’un des principaux protagonistes.»

Et ses techniques, il ne les exerce pas que sur toiles. Il les exploite aussi sur des sculptures en métal ou en acier. «C’est l’autre aspect de ma collection. Ce sont mes modèles, mais ce n’est pas moi qui m’occupe de la découpe. Et le projet, à l’avenir, c’est de passer à des formats plus grands.» Comme l’était d’ailleurs une œuvre marquante de l’artiste: «Le grand format. Une pièce de 13 mètres de haut qui est venue garnir la tour vitrée de la Place Saint-Michel à Liège, pendant plusieurs mois». Et que les passants ont pu apprécier à sa juste mesure.

Facebook: Gil Hautois Peintures

Pierre Ghislain - équipe de rédaction

Autres actualités à Vie locale

Articles les plus populaires

Les promotions autour de Vie locale