Vie locale - Qualité du commerce: la Ville promet de réagir

Ceux qui fréquentent régulièrement le centre-ville liégeois n’ont pu que le remarquer: depuis quelques années, les magasins de type night-shop n’ont fait que s’y multiplier, au mépris même des règlements en vigueur en Cité ardente.

Non pas que la Ville de Liège soit laxiste en la matière, mais ces différentes enseignes, en élargissant leur offre via des journaux ou des DVD notamment, ont réussi à contourner la législation qui devait initialement permettre d’en limiter le nombre.

Si, au sens strict de la loi, on ne trouve donc qu’un seul night-shop au centre-ville, la réalité est tout autre. Ce qui avait poussé les libraires de l’hyper-centre, première cible de cette concurrence qu’ils estiment déloyale, à réagir une première fois via l’action «Touche pas à mon commerce», qui visait à dénoncer le manque croissant de diversification commerciale dans le centre-ville liégeois.

Plus de 8.000 signatures avaient été récoltées, leur ouvrant ainsi les portes de l’hôtel de ville, où ils ont été reçus fin mars par le bourgmestre et les échevins Firket et Yerna.

Une petite victoire donc, mais les commerçants «traditionnels» sont toutefois encore loin d’avoir gagné la guerre. Et ils l’ont bien compris.

Un nouveau règlement relatif aux enseignes

Malgré les promesses faites par la Ville de s’attaquer au problème, ils sont ainsi repartis à l’attaque en défigurant copieusement leurs propres vitrines grâce à de fausses enseignes aux couleurs criardes. Histoire d’en remettre une couche quelques heures avant l’interpellation citoyenne qui a été faite lundi soir au conseil communal de Liège.

Mise en place d’un groupe de travail pour veiller à la diversification commerciale et au respect de la législation en matière d’enseignes figurait à nouveau en première ligne des demandes des commerçants. Qui ont été entendus…

«L’ensemble du collège et du conseil partage vos préoccupations, a ainsi expliqué Willy Demeyer, le bourgmestre de Liège. Un groupe de travail planche actuellement sur un nouveau règlement relatif aux enseignes qui sera soumis au conseil. Il vous sera aussi soumis préalablement. Et l’échevin a initié une procédure d’infractions urbanistiques et reprendra contact avec le parquet pour savoir où on en est, ainsi qu’avec le fonctionnaire délégué de la Région wallonne.»

Quant à la cellule de veille souhaitée par les commerçants, elle devrait voir le jour et regrouper les différents acteurs du commerce liégeois, ainsi que des membres de tous les groupes politiques présents au conseil communal.

Une réponse qui satisfait Mathieu Brion, l’initiateur de «Touche pas à mon commerce»: «La Ville a paru très réceptive, termine-t-il. Et j’ai vraiment le sentiment que les choses commencent à bouger. Au niveau des commerçants en tout cas, on voit déjà qu’il y a une prise de conscience du problème et une plus grande solidarité. Maintenant, on attend la mise en place de ce groupe de travail avec la Ville.»

L.M. - équipe de rédaction

Autres actualités à Vie locale

Articles les plus populaires

Les promotions autour de Vie locale