Vie locale - Cimetière: 52 tombes saccagées

«Il y a près d’un mois, une personne m’a contactée pour me signaler que la tombe d’un de ses proches venait d’être saccagée», raconte Sabine Roberty, échevine de l’état civil et des cimetières. Un acte de vandalisme qui a été répété durant la nuit du 6 au 7 avril. «La police a aussi rapidement pris contact avec moi pour m’informer de ce qui venait de se produire au cimetière des Grands-Communaux d’Ougrée. J’étais choquée.» Choquée? L’échevine sérésienne peut l’être puisqu’il semble que le nombre de dégradations de pierres tombales soit en constante augmentation. «Il faut bien se rendre compte que ce genre de méfaits arrive tout le temps et ce, dans plusieurs communes liégeoises. Pas plus tard que l’année dernière, des personnes ont décidé de pénétrer dans le cimetière des Biens-Communaux de Seraing pour lancer de très lourdes pierres sur les sépultures», poursuit Sabine Roberty.

Et cette fois-ci, ce sont 52 pierres tombales qui ont été visées. «Une quarantaine de tombes ont été saccagées par des malfrats. Les autres ont simplement été abîmées par les sépultures vandalisées. Ce sont, en quelque sorte, des dommages collatéraux.»

Afin d’apporter son soutien aux familles des personnes enterrées dans le cimetière d’Ougrée dont la pierre tombale a été saccagée, la Ville de Seraing les invite à prendre contact avec le service des sépultures. Ce dernier s’occupe ensuite de prendre les coordonnées de la personne qui les appelle (au 04/330.83.73 ou au 04/330.87.52) pour ensuite les transmettre à l’inspecteur de police en charge du dossier. «Le policier pourra donc prendre rendez-vous avec le proche lésé et ouvrir un dossier de plainte contre X», souligne Sabine Roberty qui a également déposé une plainte contre X, ce mardi. «Il faut vraiment que ces crimes s’arrêtent et qu’on arrive enfin à coincer les coupables. Les auteurs de ces actes de vandalisme sont des personnes dépourvues de dignité et de moralité. Ils n’ont aucun respect pour la vie et encore moins pour la mort. Le plus triste dans tout ça, c’est qu’ils ne sont jamais interpellés et qu’ils ne peuvent donc pas payer pour leurs fautes.» Pour stopper ces délits, le bourgmestre de Seraing a bien l’intention de mettre rapidement en place différentes mesures dans les cimetières.

L.M. - équipe de rédaction

Autres actualités à Vie locale

Articles les plus populaires

Les promotions autour de Vie locale