Vie locale - L’échevin Deprezoptimiste: «L’école a du potentiel»

Le bourgmestre Manu Douette et son échevin de l’enseignement Pascal Deprez ne sont pas inquiets pour l’avenir de l’école de Merdorp. «C’est vrai qu’on sort d’une année difficile mais on est à présent dans une spirale positive», affirme Pascal Deprez. «Ce qui est important, enchaîne Manu Douette, c’est de pouvoir stabiliser les maternelles pour approvisionner les primaires. Ce qui est le cas à présent».

Avec une population scolaire (maternelle et primaire) tournant autour de 70 élèves, Merdorp est une des plus petites écoles de l’entité. Selon l’échevin Deprez, c’est dû à sa localisation excentrée, proche de Wasseiges qui est parfois préféré par des parents. «Mais c’est aussi lié à l’immersion», ajoute-t-il.

L’immersion en néerlandais a été proposée en 2006 pour rebooster l’école qui était alors en perte de vitesse. «C’est un avantage mais cela peut aussi être un inconvénient», note l’échevin. «Prenons l’exemple d’une famille qui déménage à Merdorp. Si l’enfant doit rentrer en 3e primaire, difficile de l’inscrire à Merdorp s’il n’a pas eu d’apprentissage de la langue jusque-là. Il faut aussi prendre en considération les élèves qui ne se retrouvent pas dans l’immersion et qui n’ont alors d’autres choix que de partir.»

En dépit de cela, l’échevin reste optimiste: «C’est une école qui a du potentiel. Et puis, en immersion, mieux vaut des classes de 10 élèves plutôt que de 30».

- équipe de rédaction

Autres actualités à Vie locale

Articles les plus populaires

Les promotions autour de Vie locale