Vie locale - La Ville à la rencontre des commerçants namurois et jambois

Suite à la réunion organisée le mois dernier par la Ville de Namur pour présenter aux commerçants les premières considérations de l’étude qu’elle a lancée afin de dégager la meilleure stratégie pour soutenir les commerces, le Collège a décidé de rencontrer une nouvelle fois une délégation de commerçants du centre-ville et de Jambes ce vendredi 5 mai. Les commerçants pourront préciser leurs doléances et formuler des propositions d’action qui y répondent. «L’enjeu est de travailler ensemble à l’élaboration de solutions constructives, qui auront des effets positifs immédiats», précise le Collège communal.

Le Collège communal est en effet pleinement disposé à dégager un budget conséquent pour financer des projets pertinents que les commerçants auront eux-mêmes préalablement identifiés. Par ailleurs, s’agissant de l’accessibilité du centre-ville et des difficultés dénoncées, le Collège formulera aussi une série de propositions concrètes qui seront soumises à l’arbitrage des commerçants.

La menace de plusieurs implantations de très grands complexes commerciaux en périphérie de la Ville ou au sein des communes proches, ainsi que la concrétisation de projets dans notre zone de chalandise, comme à Fosses, ont motivé son souci de favoriser l’émergence d’un centre commercial complémentaire en pleine connexion avec les artères commerçantes principales de la Ville. «Ce dossier a pris du retard. Mais son opportunité demeure intacte, notamment pour les grandes enseignes générant des effets positifs pour tous les commerces existants (voyez les effets positifs de «Rive gauche» à Charleroi), qui ne trouvent pas assez ou pas de place dans un centre historique dont le parcellaire est trop exigu», commente le Collège.

Le parking gratuit, fausse bonne idée

Le parking est aussi un enjeu crucial, chacun en convient. Le Collège en est pleinement conscient puisqu’il a lancé plusieurs dossiers de création de parkings souterrains afin d’augmenter la capacité de stationnement au-delà des créations de P+R en périphérie. Ces dossiers prennent hélas du temps sur le plan administratif. Par ailleurs, différentes mesures techniques et tarifaires concernant les horodateurs seront mises en œuvre dans les prochains mois afin d’offrir plus de confort aux personnes qui stationnent en ville.

«Le parking gratuit partout, souvent revendiqué, est une fausse bonne idée, car contre-productif. Sans places additionnelles en voirie (la configuration de la Ville ne permettant pas de créer de nouvelles places en surface, sauf à raser des îlots bâtis…), il sera impossible à l’ensemble de la clientèle de trouver une place de stationnement et ceci entraînera de longues attentes à tourner en rond avant de trouver un emplacement libre. Cela sera inévitablement source de répulsion et nuisance plus que d’attraction. La question n’est donc pas tant celle du coût du parking que celui de sa disponibilité», poursuit le Collège.

Les solutions miracles n’existent pas, tant les contingences à prendre en compte sont diverses et nombreuses, parfois contradictoires. Les opinions sont partagées également chez les commerçants. Mais le Collège réaffirme son souci constant de la vitalité et de la diversité commerciales de notre Ville, ainsi que de sa volonté déterminée à soutenir au mieux les commerçants locaux. Les deux prochaines réunions et une approche plus participative doivent pouvoir y contribuer.

C.R. - équipe de rédaction

Autres actualités à Vie locale

Articles les plus populaires

Les promotions autour de Vie locale