Vie locale - Que coûte une véranda?

Véranda classique ou véranda à vivre?

Le type de véranda est le premier critère qui va déterminer le prix. La véranda classique est en principe la solution la plus avantageuse. Cette véranda se compose pour l’essentiel de verre et d’un point de vue de son aspect et de son atmosphère, elle forme une construction annexe totalement nouvelle. Pour la toiture, vous avez le choix entre un vitrage (pare-soleil), des panneaux isolés ou des plaques en polycarbonate.

La véranda à vivre est pour ainsi dire un prolongement de votre habitation, une pièce de vie supplémentaire que vous pouvez utiliser tout au long de l’année. Une toiture plate bien isolée, équipée éventuellement d’un lanterneau, maintient une température agréable à l’intérieur de la véranda en été comme en hiver. De plus, vous pouvez coordonner le style de votre véranda à la décoration intérieure de votre habitation. A cela s’ajoute qu’il existe davantage d’options pour améliorer encore ce confort. Ce qui naturellement a un impact sur le prix.

«Actuellement, nous sommes contraints par toute une série de normes. Même au niveau de la PEB», précise Xander Pruvoost des Vérandas Willems.«A l’heure actuelle, le vitrage superisolant et les profilés thermiques sont plus la règle que l’exception. Et même au niveau de la structure du sol et des murs nous en tenons largement compte.»

Prix indicatif: 1.500 € par m²

“Si, en tant que client, vous vous basez sur un prix de 1.500 € par m² (hors TVA), vous êtes dans le bon», estime Pruvoost.

«Pour ce prix, vous avez une véranda classique avec un maximum de confort et d’options, ou une véranda à vivre pas mal élaborée. Y compris frais d’installation et de production. Et les frais de préparation, comme l’exécution des plans, sont également inclus dans ce prix. En fonction des finitions et options choisies, si votre choix se porte sur une véranda à vivre, le prix peut avoisiner ce prix au mètre carré.»

«En règle générale, avec ce prix comme base, vous ne vous exposez pas facilement à de mauvaises surprises par la suite. Commencez par faire venir un conseiller qui va vous expliquer jusque dans les moindres détails ce que cela va réellement vous coûter.»

Le kit de base

Qu’est-ce que le kit de base d’une véranda à vivre comprend? Et qu’est-ce qui fait que le prix diminue ou augmente?

1.La structure du toit

«Le toit est le composant essentiel d’une véranda à vivre», commence Xander Pruvoost. «Il détermine en grande partie le confort intérieur. Quel type d’isolation choisir et quelle épaisseur d’isolant prévoir? Vous voulez y intégrer un lanterneau ou pas? Les différents types de lanterneaux (à deux pentes, 4 pans de toiture, une seule pente) déterminent aussi le prix de la structure complète du toit. Et quelle taille présente ce lanterneau par rapport au reste de la structure du toit?»

2.Les murs

Pas de véranda à vivre sans des murs évidemment. Ici, c’est la qualité des profilés qui détermine surtout le prix. «La majorité des constructeurs de vérandas à vivre utilisent des profilés en aluminium», poursuit Pruvoost. «Les avantages: le matériau ne se dilate que très faiblement, nécessite peu d’entretien et n’expose à aucun risque de pourriture. De plus, il revient aussi moins cher que le bois, qui nécessite plus d’entretien au fil des ans et perd aussi plus facilement de sa couleur. Le PVC n’est plus guère utilisé, notamment parce qu’il permet difficilement de réaliser certaines portées.»

Pour le vitrage, vous avez les mêmes choix que pour une habitation. Si votre véranda à vivre est orientée au sud, un vitrage pare-soleil est recommandé pour prévenir la surchauffe. Mais un double vitrage ou un vitrage à haut rendement peut aussi suffire. Un vitrage pare-soleil ou un triple vitrage coûte naturellement plus.

«Autre élément important», souligne Pruvoost. «Est-ce que l’ensemble sera totalement vitré du sol jusqu’au toit? Ou bien des murets sont-ils prévus? La finition des vitrages (croisillons, panneaux) ou des murets (brique chère, enduit…) pèse aussi sur le prix. Enfin, les portes coulissantes aussi coûtent plus cher que les portes fixes ou battantes.»

3.L’éclairage

L’éclairage forme le dernier poste du kit de base. Vous allez intégrer un éclairage de base à l’aide de profilés tubulaires ou vous préférez des spots dans un faux-plafond? Bien entendu, cette dernière option est plus coûteuse.

Options

En dehors de ce kit de base, il existe pas mal d’options qui vont saler l’addition, comme pour une construction ou une rénovation ordinaire. Ne serait-ce que le choix du revêtement de sol ou l’installation de screens. Le chauffage et la climatisation augmentent aussi le confort. Vous aimeriez un poêle au bois ou aux pellets? Ou vous installerez une climatiseur ou une pompe à chaleur?

Encore quelques conseils!

Pour terminer, nous vous donnons une série de conseils qui vous serons certainement utiles si vous cherchez une véranda à vivre:

Avez-vous droit à une réduction du taux de TVA? Attention: depuis 2016, vous ne payez que 6% de TVA uniquement si votre habitation a plus de dix ans.

Contrairement à la Région de Bruxelles-Capitale qui exige un permis d’urbanisme dans tous les cas, en Wallonie, si votre véranda à vivre n’excède pas les 30 m² et que sa corniche a une hauteur maximale de 3 mètres, et celle du sommet 5 mètres, en principe, une déclaration urbanistique suffit. Dans les autres cas, un permis est nécessaire. Vous touchez à la stabilité du bâtiment? Il faut faire appel à un architecte. Un coût supplémentaire donc. Vérifiez aussi au préalable auprès de votre commune si celle-ci n’impose pas des dérogations ou restrictions supplémentaires.

Choisir la couleur? Opter pour une couleur des profilés intérieurs identique à celle des profilés extérieurs revient moins cher que deux couleurs différentes.

Ne cherchez pas à faire des économies sur le type de profilé. Un profilé de moindre qualité est certes moins cher, mais sa solidité et sa durée de vie vont en pâtir.

Pas de budget pour une protection solaire? Vous pouvez facilement reporter cet investissement à plus tard. Votre constructeur de véranda à vivre prévoit les équipements, afin que vous puissiez consentir ce gros investissement plus tard.

Vous hésitez entre une annexe maçonnée ou une véranda à vivre? Sachez que dans le premier cas, vous devrez faire appel à plusieurs entrepreneurs. Avec une véranda à vivre, une seul entrepreneur coordonne l’ensemble du projet. Et cela peut aussi alléger la note.

Gerry Klompers - équipe de rédaction

Autres actualités à Vie locale

Articles les plus populaires

Les promotions autour de Vie locale