Vie locale - Bilan positif pour le festival Warocqué

Les dernières notes du premier Festival Warocqué se sont tues aux alentours de 23h30 dimanche 21 mai dans le parc de Mariemont. Et ce lundi 22, les bénévoles et les équipes du musée étaient déjà à pied d’œuvre pour commencer à démonter les installations de la fête. Si les premiers débriefings sont prévus dans quelques jours, il apparaît d’ores et déjà que cette première édition est un succès.

Dans tous les cas au niveau des chiffres puisque près de 5.000 personnes ont franchi les grilles du parc, lors des deux jours. «Pour une première, il n’y a pas à rougir», confirme Mélanie Thiry, porte-parole du musée de Mariemont et coordinatrice de l’événement. «Lors des journées de Mariemont, en 2016, nous avons accueilli 1.500 personnes. C’est donc plus du triple.»

Pas grand-chose de négatif

Les enseignements à tirer de cette première édition sont particulièrement positifs, même si quelques couacs ont été remarqués (voir par ailleurs).

«L’ambiance générale, avec les groupes avait un petit côté guinguette en journée. C’est un style que nous recherchions et en cela c’est une réussite. Une fois que les animations et les ateliers créatifs se sont terminés, les concerts ont draîné un autre public. Ce sont véritablement deux ambiances qui se sont entrechoquées entre la journée et la soirée. On a peut-être fini un peu trop tard le dernier concert», avoue encore Mélanie Thiry.

L’espace alloué au Festival était juste assez grand pour ne pas «confiner» les visiteurs et la durée des pièces ne durait jamais vraiment longtemps afin de garder un côté fluide aux mouvements de foule. La zone ludique a enchanté les parents et les enfants. La zone relax a également séduit les visiteurs. Et il faut rappeler que les cinq euros de l’entrée permettaient de visiter le musée et de solliciter des visites guidées du parc.

«Quand on organise des choses il est très difficile de faire le lien entre l’intérieur et l’extérieur. Ici, il y avait quand même du monde pour les animations intérieures. Mais on peut néanmoins se permettre d’augmenter ces activités dans le cas où l’on organiserait une deuxième édition», poursuit Mélanie Thiry.

Autre motif de satisfaction, les visiteurs venus de loin pour assister à la fête: du Brabant wallon, de Namur, mais aussi de France. «Et j’ai entendu plusieurs personnes dire que l’événement était chouette et surtout des gens se satisfaire que l’événement se passe à côté de chez eux», conclut-elle.

NG - équipe de rédaction

Autres actualités à Vie locale

Articles les plus populaires

Les promotions autour de Vie locale