Vie locale - «Notre défi, motiver les pompiers volontaires»

La zone de secours du Brabant wallon vient de fêter ses deux ans d’existence. Le moment idéal donc pour revenir sur l’année écoulée et présenter les défis qui attendent le commandant de la zone et son équipe.

Il y a un an, Philippe Filleul évoquait la délicate situation de Villers-la-Ville dont la caserne n’était pas active et où le délai d’intervention était le plus élevé. «Cela reste un objectif à moyen ou à long terme de l’activer. On aimerait bien qu’elle soit occupée, mais il faut avoir les moyens au niveau du personnel. Vu que la zone n’a que deux ans, on manque de perspective et il est donc difficile de savoir si on peut se permettre d’y installer des pompiers», avance le commandant de la zone.

La réalisation de ces douze derniers mois, c’est le schéma d’organisation opérationnelle. «Il s’agit d’un plan qui détaille le nombre de personnes qui doivent être présentes à chaque caserne et à chaque moment de la journée. Les deux tiers des interventions se déroulent entre 7h et 19h, il doit donc y avoir plus de monde dans les casernes, sans pour autant les vider durant la nuit.» Le défi futur de la zone, ce sera de l’appliquer.

Clarification du statut

L’autre gros enjeu de l’année écoulée, c’était l’harmonisation des statuts des hommes du feu. «Chaque pompier peut maintenant décider de garder son ancien statut ou de prendre celui de la zone de secours. La nouveauté, c’est que tout le monde connaît les conditions. On ne peut par contre obliger personne à adhérer aux nouveaux tarifs», poursuit le commandant de la zone du Brabant wallon.

La bonne nouvelle, c’est également que de nouvelles recrues vont faire leur apparition dans les casernes de la jeune province. «Nous allons engager dix pompiers professionnels et huit pompiers volontaires deviendront professionnels.» Cela, en plus des 12 pompiers professionnels engagés dans la procédure débutée il y a un an.

Les gros dossiers pour les prochains mois, ce sont d’abord l’application du schéma d’organisation opérationnelle et la réalisation d’un règlement de travail. «Les discussions avancent avec les syndicats pour déterminer les droits et les devoirs des pompiers.»

Les casernes rachetées en juin

Il y aura également le rachat des casernes de Nivelles, Wavre, Braine-l’Alleud et Jodoigne. «Il s’agit d’un dossier plutôt politique qui devrait se conclure pour la fin du premier semestre. Les communes propriétaires des casernes les vendront aux 27 communes. Chaque citoyen payera donc la même chose. On n’a pas voulu faire de relation entre le prix et le nombre d’interventions», assure Philippe Filleul. Du coup, cinq communes payeront pour racheter leur caserne mais seront également payées. Les montants et les modalités exactes n’ont toujours pas été fixés.

«J’aurai enfin une attention toute particulière à remotiver nos pompiers volontaires. Lors des réformes, on s’est battu pour les conditions de travail des professionnels et on a un peu oublié les volontaires. Je veux qu’ils se rendent compte qu’ils sont utiles et qu’on compte énormément sur eux.»

L.C. - équipe de rédaction

Autres actualités à Vie locale

Articles les plus populaires

Les promotions autour de Vie locale