Vie locale - Non à une piste de ski synthétique

Déforester plusieurs hectares de forêt pour installer une piste de ski synthétique, plusieurs habitants de Bevercé, Bernister et alentours sont farouchement contre. Le projet est pourtant bien avancé. D’ici quelques jours un permis devrait être introduit à la commune de Malmedy à ce sujet.

Les riverains ont voulu prendre les devants avant le début d’une enquête publique. «On a réalisé une lettre informative. Je suis allé en porter sur Bernister et Bevercé et je n’ai eu que des retours négatifs concernant ce projet», indique André Demoulin. «On avertit les gens du coin et on attend l’avis de la commune. Si le projet devait aller plus loin, on continuera nos procédures contre ce projet», explique-t-il.

Ce qui gêne particulièrement les riverains, c’est l’impact sur le paysage qu’aurait cette piste à flanc de colline. «Ici, on a toujours proposé un tourisme vert. Les gens viennent dans le coin pour la nature, pas pour le plastique», considèrent les trois Malmédiens qui nous reçoivent.

«Chaque saison a son sport», estime Jean-David Thomas, le patron de la Ferme Libert, lui aussi opposé au projet. «On fait du ski aussi à la Ferme Libert, on en fait quand il y a de la neige en hiver, en été on fait du ski sur herbe, du deltaplane… On a toujours fait des choses qui en relation avec la saison et la nature. Là, c’est contre-nature d’aller mettre du plastique dans une zone forestière à caractère paysager», s’indigne-t-il.

Contacté, Mathieu Scheen, le promoteur du projet, a préféré ne pas s’exprimer au sujet de celui-ci et de l’opposition des riverains, arguant la tenue d’une conférence de presse, organisée dans quelques jours pour présenter ses projets.

Mais les opposants ont déjà une idée bien précise de ce qui est envisagé. «L’endroit se trouve route des Planerèsses, en face du haras de Bernister. La piste sera enclavée entre le remonte-pente de la Ferme Libert et le site classé de l’Ermitage qui a plus de 600 ans et qui est à seulement 40 m. En face du haras, il y a 350 places de parking prévues alors qu’on n’a même pas de parking de cette ampleur à Malmedy. En bas de la piste vient un parking pour 15 autobus et aussi un stand de tir et une piste de biathlon», explique André Dumoulin.

À côté du coup de poing visuel que représenterait cette piste dans le paysage forestier pour les riverains, ils ne croient absolument pas non plus au succès du projet.

Ils se sont d’ailleurs rendus expressément à Noeux-les-Mines, dans le nord de la France, où une telle piste est déjà en place depuis des années. «Un voisin est resté jusqu’à la fin de la journée, le 1er mai, et il n’y a vu que 4 skieurs. J’y suis allé également, et apparemment le projet en France n’est pas rentable. Chaque année le département doit réinjecter de l’argent», explique le patron de la Ferme Libert, résolument contre la création d’une piste pareille à côté de son site.

La lettre des riverains en page 16.

LM - équipe de rédaction

Autres actualités à Vie locale

Articles les plus populaires

Les promotions autour de Vie locale