Vie locale - Sacs orange en progression

Depuis le 1er janvier 2017, les sacs orange, qui auparavant n’étaient proposés que dans certaines communes, se collectent désormais partout à Bruxelles. Les citoyens, sur base volontaire, peuvent y déposer leurs déchets organiques, principalement alimentaires. Ce dispositif a semble-t-il convaincu, et ce rapidement, les Bruxellois. En effet, sur le premier trimestre 2017, déjà 1.450 déchets organiques ont été ramassés. Sur toute l’année 2016, on comptait un peu plus de 1.200 tonnes.

De quoi faire dire à la secrétaire d’État bruxelloise à la propreté Fadila Laanan (PS) que la collecte organique est «déjà un succès». Il n’est en revanche pas possible de savoir combien de ménages ont adopté les sacs oranges, puisqu’ils ne doivent pas s’enregistrer. On sait par contre qu’à la mi-mars, plus de 2,5 millions de sacs orange avaient été vendus.

Face à cet accroissement, la Région est-elle prête? Les autorités l’assurent. Actuellement, c’est l’entreprise Suez qui se charge de traiter les déchets organiques bruxellois. Elle facture ses services à la tonne. Les camions de Bruxelles Propreté ayant effectué la collecte des sacs orange viennent vider leur contenu sur le principal site bruxellois de Suez, à Neder-Over-Heembeek, explique la société. Ensuite, Suez recharge les déchets dans des semi-remorques, direction un centre pour la biométhanisation des déchets.

Si l’entreprise Suez faisait déjà appel à un partenaire à Ypres (Ivvo), pour traiter les sacs orange bruxellois, elle a, depuis l’extension de la collecte des déchets organiques à toutes les communes bruxelloises, décidé de travailler également avec un deuxième partenaire, à Lixhe près de Visé (Intradel). Et l’entreprise d’assurer que même en cas de nouvelle augmentation du nombre de sacs orange, les capacités de traitement restent supérieures.

Un centre à Bruxelles?

Quant à l’éventuelle construction d’un centre de biométhanisation sur le territoire bruxellois, le cabinet Laanan indique que plusieurs études sont toujours en cours. «En septembre 2017, nous devrions recevoir une série de résultats d’études. De ces résultats dépendra la réalisation ou non d’un centre de biométhanisation à Bruxelles», ajoute le cabinet Laanan.

L.C. - équipe de rédaction

Autres actualités à Vie locale

Articles les plus populaires

Les promotions autour de Vie locale