Vie locale - Freddy Tougaux fait la chasse aux déchets

Il n’a pas l’air comme ça de prime abord, mais Freddy Tougaux est un homme sensible. Aux bonnes causes surtout. Et lorsque la Sofico lui a demandé dans le cadre de la campagne Wallonie Plus propre d’évoquer les problèmes sur les aires d’autoroutes, il a accepté rapidement. Six vidéos seront diffusées sur les réseaux sociaux pendant six semaines avec un thème différent chaque semaine.

«On a tourné ces capsules, il y a plusieurs semaines. On a constaté qu’il y avait quelques errements dans l’attitude des usagers sur les aires d’autoroutes. Quand tu fais de l’environnement, tu n’es jamais très loin de la répression. Il fallait quelqu’un qui représente un peu Monsieur et Madame Tout le Monde dans le côté bienveillant et une bienveillance sympathique. Et donc ils ont trouvé que cela passerait beaucoup mieux avec un personnage humoristique.»

Son premier boulot

L’environnement n’est pas une inconnue pour David Greuse puisque son premier boulot, c’était graphiste au service Environnement de la Ville de La Louvière. «En tant que graphiste, j’étais chargé de créer la communication graphique de l’environnement-export. Comme la Ville de La Louvière était pas mal dynamique. L’échevin de l’époque organisait une expo annuelle et on dessinait pas mal de panneaux sur les thèmes environnementaux. J’ai donc toujours été intéressé par communiquer les choses sympas autour de l’environnement et j’ai trouvé que ce projet l’était», souligne-t-iL.

Pour David Greuse, on est tous des usagers des aires de repos sur les autoroutes. «Tu peux t’arrêter pour une petite vidange ou une grosse soif et si t’arrives dans un endroit où s’est bourré de crasse et mal entretenu, ce n’est pas engageant. Comme j’aime bien mettre Freddy dans des endroits où on ne l’attend pas forcément. Cela me plaisait bien.»

Les vidéos ont été tournées sur l’aire de repos de Couthuin, près de Huy. «Le propriétaire du snack avait très envie aussi. En tant que commerçant. Il a tout avantage, puisque si c’est propre, cela donne une bonne image de son commerce. Il était très volontaire, faire le tri, je dois être un exemple. Si on voit traîner mes emballages, cela va se retourner contre moi. Cela engage tout le monde».

Gens de passage, voyageurs de commerces et camionneurs ont été les cibles privilégiées de l’humoriste.

«Les camionneurs, c’est leur terrain de travail, leur bureau. Après avec une caméra, les gens jouent le jeu. Le répressif, c’est le dernier recours, et malheureusement, c’est ce qui marche le plus. Alors ici, on essaie de porter cela de manière plus humoristique. En disant, on met des choses en place, profitez-en. C’est de la communication sérieuse mais légère.»

F. Sch. - équipe de rédaction

Autres actualités à Vie locale

Articles les plus populaires

Les promotions autour de Vie locale