Vie locale - La Tournaisienne fait partie de la délégation belge

Cinq étudiants de l’UCL s’envoleront dans un peu plus d’un mois vers Montréal afin de participer à une simulation francophone du Parlement européen, organisée par la SPECQUE (Simulation Parlement Européen Canada Québec Europe). Des délégations de Belgique, de France, de Suisse et du Québec s’y réuniront du 29 juillet au 5 août. Le but? Découvrir les rouages du système politique européen et apprendre les rudiments de la négociation, tout en développant des aptitudes oratoires.

Cinq étudiants de l’UCL s’envoleront dans un peu plus d’un mois vers Montréal afin de participer à une simulation francophone du Parlement européen, organisée par la SPECQUE (Simulation Parlement Européen Canada Québec Europe). Des délégations de Belgique, de France, de Suisse et du Québec s’y réuniront du 29 juillet au 5 août. Le but? Découvrir les rouages du système politique européen et apprendre les rudiments de la négociation, tout en développant des aptitudes oratoires.

Et sur place, pas question de faire de la figuration! Un programme chargé attend les personnes sélectionnées. « Nous participerons à des réunions parlementaires. Avant et après nous aurons des réunions politiques. Mais ça n’aura rien à voir avec les affinités politiques. C’est vraiment comme un jeu de rôle. Nous devrons rapporter les idées discutées en réunion et nous rencontrerons des lobbyistes et des journalistes qui tenteront d’influencer les négociations », indiquent Valentine Foucart et Thomas Debiève, membres de la délégation de l’UCL.

Les parlementaires en herbe auront le choix entre plusieurs sujets très actuels: « Il y aura quatre thèmes sur lesquels nous devrons travailler. Il s’agit de l’environnement, l’accès des soins de santé aux migrants en situation irrégulière, les Fake News et le statut de l’Association européenne ». Des sujets qui sont dans l’air du temps.

Parmi l’équipe de l’UCL figure Valentine Foucart, une Tournaisienne de 21 ans, étudiante en droit. Elle jouera le rôle d’une eurodéputée. « On fera partie de commissions différentes. Le but sera d’arriver à un consensus pour que l’on puisse voter un texte en assemblée plénière. On devra réformer une partie de la législation européenne en proposant un texte qui puisse convaincre le plus de personnes possible. Le texte est déjà prêt et on devra faire des amendements pour qu’il plaise au plus grand nombre », explique Valentine Foucart, qui travaillera sur le thème des Fake News. « Je viens d’apprendre que je fais partie de la commission sur les Fake News. Je suis contente car c’est un thème qui me tenait à cœur car c’est très actuel avec les réseaux sociaux. C’est un sujet qui m’intéresse et sur lequel j’ai déjà pu travailler au travers de mon kot-à-projet».

Une belle opportunité

Valentine appréhende tout de même un peu de devoir prendre la parole en public. « J’ai un peu peur d’avoir des choses à dire mais de ne pas savoir les exprimer. Mais d’un autre côté, ça m’intéresse de m’entraîner à parler en public car j’aimerais faire le barreau. Grâce à cette expérience, je vais apprendre à exprimer et structurer mes idées devant une assemblée plénière ».

À quelques semaines du grand départ, la jeune Blandinoise est très enthousiaste! « C’est une nouvelle expérience pour moi et j’ai aussi envie de découvrir la culture et de rencontrer de nouvelles personnes. Je vais d’ailleurs partir quelques jours avant le début de la simulation pour visiter le pays ».

Valentine sait que ce projet représente une vraie opportunité pour elle. « C’est une grande chance! C’est une plus-value énorme sur un CV! Puis en droit, on apprend beaucoup de choses de façon théorique et c’est donc une façon de concrétiser ce que j’ai appris. Ça permet d’appréhender mes études d’une autre manière », se réjouit Valentine.

N.E. - équipe de rédaction

Autres actualités à Vie locale

Articles les plus populaires

Les promotions autour de Vie locale