Vie locale - Ils sont complètement pincés!

Les deux amies ont très vite recruté leurs familles et leurs amis dans l’entreprise.

Lucie Santuari de Sambreville, ajoute: «Nous sommes désormais six dans cette aventure: il y a Élise Santuari, ma sœur, Camille et son frère Baptiste Matagne et deux amis Sean Prévot et Maxime Defer.»

L’entreprise a donc un caractère familial, mais aussi très amical, car de forts liens se sont tissés entre chacun. «Pour vous dire quelques mots sur nous, l’entreprise comprend deux duos de frères et sœurs et nous avons la chance d’avoir un couple. Ils mettent une bonne ambiance ce qui anime nos réunions. Nous sommes tous âgés de 16 à 19 ans. Baptiste, Élise, Camille et Maxime sont de la même école, Sean quant à lui est en haute école et Lucie étudie à Tamines. Nous avons toutes et tous des caractères forts et des avis bien tranchés sur la gérance d’une entreprise ce qui peut créer beaucoup de divergences d’opinions, mais nos liens d’amitié inséparables font qu’on se réconcilie très vite et nous permettent de vite repartir vers de nouvelles aventures. Malgré des agendas chargés et rarement cinncilliables, nous parvenons à nous mettre tous d’accord pour nous réunir deux fois par mois et à vendre nos pin’s dans divers endroits.»

Tout a débuté lorsque les deux amies sont allées à Bruxelles pour voir une exposition. De là, une personne est venue leur parler de la LJE (Les jeunes entreprises), elles se sont très vite rendu compte de l’intérêt que pouvait apporter la création de l’entreprise. Elles en ont parlé autour d’elles et leur première idée était de vendre des pâtisseries faites maison. La jeune fille ajoute: «Camille et Élise nous ont donc recrutés, mais notre idée s’est transformée pour devenir une entreprise de pin’s.»

Alors, pourquoi vendre des pin’s? Les réponses sont multiples, mais très simples: «Déjà, c’est original, car le pin’s nous représente comme un vêtement, il est à notre image. Ensuite pour les créations, on conçoit nous-même nos motifs, ce qui développe notre créativité et notre imagination. Il y a le fait que nos pin’s sont issus d’univers qui nous plaisent à tous. Cet univers, c’est le monde geek, ce qui comprend les domaines tels que les nouvelles technologies, les jeux vidéo… Les pin’s sont aussi quelque chose de discret, facilement transportables et bien sûr peu coûteux, car nous les vendons pour la modique somme de 2 euros.»

Chrysline - équipe de rédaction

Autres actualités à Vie locale

Articles les plus populaires

Les promotions autour de Vie locale