Vie locale - Placer l’humain au cœur du projet est essentiel selon lui

Éducateur et agent de sécurité, il a lancé son concept début janvier. Son objectif: révéler le potentiel qui sommeille en chacun de nous en abolissant les croyances, les blocages et autres points qui freinent le développement de sa propre activité.

L’humain, le point central

Véritable praticien, François à une grande expérience dans le secteur des formations. Conscient du système, des difficultés et déceptions qu’il renferme, il a créé un concept emprunt de son vécu et qui aide à se trouver, se révéler et se positionner par rapport à un projet professionnel.

Il commente: «Je rencontre beaucoup de personnes qui ont des idées, des envies de se réaliser et de se lancer. Mon but est de les guider dans le déploiement de leur activité, de les aider sur les plans du moral et de la motivation. Créer et se lancer en tant qu’indépendant peut sembler effrayant. Les démarches sont parfois laborieuses, on se perd et par conséquent, on perd le temps précieux qui va avec. Tous ces points peuvent entraver la motivation. De plus, nous sommes ancrés dans un système sociétal qui met en avant l’aspect financier, qui le place au premier plan du démarrage de l’activité. Or, le point de départ, c’est l’énergie. Lors de mes séances, nous mettons l’humain, les motivations et la réalisation de soi au centre de toute action. Un autre aspect de la société est aussi qu’il pénalise les erreurs, ce qui entraîne un sentiment de culpabilité. Moi, au contraire, je conseille de se tromper. Les erreurs sont nos meilleures alliées pour rebondir!».

Une approche totale

Dans un premier temps, il s’agit de dresser les points essentiels, de dégrossir, de canaliser le projet. Lors de la première séance, François pratique également un soin par acupressure (une discipline de Shiatsu qui a vu le jour en Californie en 1985 et qui consiste à effectuer des points de pressions sur les zones du corps soumises au stress ndlr), car selon lui, le corps et l’esprit doivent être sereins, en symbiose pour avancer.«Lors de ce contact, je donne beaucoup d’informations. La personne, qui en a préalablement pris note revient me voir une fois qu’elle a travaillé ces données. Les séances se déroulent au rythme de chacun, il n’y a pas de règle au niveau du temps, pas d’ultimatum. Par la suite, elles se poursuivent pour arriver à la concrétisation de l’activité».

R-Evela semble donc bien porter son nom, car comme son initiateur aime à le répéter: «Je donne aux gens les clés afin qu’ils puissent amorcer le développement professionnel auquel ils aspirent. En réalité, ces clés sont en chacun de nous, il suffit juste d’emprunter le bon chemin».

Emmeline Beirnaert - équipe de rédaction

Autres actualités à Vie locale

Articles les plus populaires

Les promotions autour de Vie locale