Vie locale - Le Ju-jitsu séduit de plus en plus de femmes

La jeune sportive pratique le ju-jitsu depuis 11 années avec beaucoup de passion et de détermination. Cette discipline, elle l’a découverte en famille: «On peut dire que c’est en quelque sorte une affaire de famille. Mon frère a commencé le judo étant petit et pour mes parents, il était important que je sache me défendre en cas d’éventuel problème. Ayant été fortement actifs avec mon frère qui allait en compétition, ils avaient noué de bonnes relations avec le club d’Ath où j’ai commencé la pratique du ju-jitsu.»

Elle a donc naturellement débuté là-bas à l’âge de 13 ans. Elodie ajoute: «Je me suis très vite prise au jeu en tant qu’élève. Onze ans plus tard, c’est maintenant moi qui prends plaisir à enseigner cette pratique aux élèves du Jitsukan de Lessines, aux côtés d’autres professeurs et du président Willy Dupont».

Un art martial et des valeurs

Comme l’ensemble des arts martiaux, le ju-jitsu défend certaines valeurs comme la politesse, la modestie, le courage, le contrôle de soi, ou encore l’amitié, le respect et la sincérité. Cet art complet allie à la fois le physique et le psychologique. Il permet ainsi aux personnes qui le pratiquent de développer des sentiments d’amitié, de discipline et de gérer des situations du quotidien comme une agression en rue.

Aujourd’hui, Elodie possède la ceinture noire. Fruit d’un un travail de sept années: «Il faut savoir que la ceinture noire n’est pas la dernière ceinture que l’on reçoit. La ceinture noire représente le premier DAN. Il est encore possible de monter de niveau pour passer un deuxième, un troisième, un quatrième DAN, etc. C’est ce qui rend ce sport intéressant: même arrivé à la ceinture noire, il y a toujours moyen de se perfectionner et d’apprendre encore plus. En vrai, nous n’arrivons jamais au bout de ce sport et c’est ce qui le rend intéressant», explique Elodie.

La jeune femme se dit satisfaite de partager sa passion avec d’autres personnes: «J’ai la chance de pouvoir donner cours avec trois autres professeurs. Nous formons une superbe et bonne équipe.» Elle conclut: «La relation avec les élèves est particulière: qu’ils aient entre 4 et 10 ans, qu’ils soient ados ou encore adultes, chacun apporte sa pierre à l’édifice qui est notre club. Nous développons des liens. J’ai par exemple récemment emmené quelques élèves au stage national que donnait Charline Van Snick, championne olympique de Judo. Être derrière ses élèves et leur permettre de progresser, de se dépasser et d’arriver à leurs objectifs est une très belle récompense. Ils m’apportent autant que je leur apporte».

Julie Deprez - équipe de rédaction

Autres actualités à Vie locale

Articles les plus populaires

Les promotions autour de Vie locale