Vie locale - Marché immobilier: le tour d’horizon

Après plusieurs rebondissements, le nouveau Code Wallon de développement territorial CoDTbis (remplaçant du CWATUP) est entré en vigueur le 1er juin 2017. Son programme tient en quelques points essentiels: simplification, rationalisation et accélération des procédures.

Parmi ces modifications, quatre points se démarquent. En premier lieu, l’arrivée du décret relatif aux infractions urbanistiques, synonyme de soulagement pour de nombreux citoyens wallons. En effet, certains actes et travaux infractionnels réalisés avant le 1er mars 1998 bénéficient désormais d’une amnistie. A noter toutefois que cette mesure prévaut pour des impairs tels que travaux relatifs aux annexes, terrasses, vérandas, velux, abris de jardin, piscines, abattage d’arbre et car-ports. Sachez également que, si vous êtes concerné, l’amnistie se fera de manière automatique.

Ensuite, et depuis le 1er janvier 2018, la suppression du taux de droits d’enregistrement à 15% a fait son entrée et laisse la place au pourcentage de 12,5, de nouveau applicable, même en cas de 3e habitation. Ce taux constituait un frein majeur à l’investissement immobilier en Wallonie.

Enfin, l’instauration d’un abattement des droits d’enregistrement de 20.000€ en cas d’acquisition unique et servant de résidence principale. En d’autres termes, lors d’un achat, les droits d’enregistrement sur les premiers 20 000€ ne sont plus d’actualité, ce qui devrait réduire les frais d’acte d’achat et favoriser l’accès à la propriété. Notez que cet abattement peut être cumulé avec l’application du taux réduit en cas d’acquisition d’une habitation dite modeste. Aussi, depuis le début de l’année, les droits d’enregistrement pour la vente en viager ont vu leur taux réduit à 6%.

Le prix d’achat moyen

Même si à la traîne, le Hainaut enregistre un prix moyen d’achat de 144 941€ pour une maison. Ce chiffre varie en fonction de l’état de celle-ci, mais aussi de la commune dans laquelle elle a pignon sur rue. A Tournai, le prix se situe autour de 177.000€ (hausse de 2,3%) et place la ville en tête des arrondissements les plus élevés. Rumes apparaît comme la commune la plus onéreuse (en raison de sa situation frontalière) et Froyennes et Esplechin semblent être les villages les plus prisés. A titre comparatif, une maison à Mouscron coûtera en moyenne 147 000€ et à Ath, 169 000€. La commune de Frasnes encaisse, quant à elle, une baisse de 19% et place le prix d’achat à 182.000€.

En ce qui concerne le marché immobilier relatif aux appartements, il ne représente que 16% du marché total et des écarts de prix importants sont remarqués faisant passer un appartement à Tournai de 65.000€ à 360.000€ pour les plus luxueux. Ces écarts de prix se justifient principalement par l’état et la dimension de ces biens. Un appartement dans le tournaisis se situera, en moyenne, autour des 145.000€.

En conclusions, on observe une stabilité du marché sur l’ensemble de la Wallonie Picarde et une confirmation rassurante: le belge a bel et bien une brique dans ventre et semble même avoir trouvé, dans ce matériau, un de ses investissements financiers les plus sûrs.

Pour toutes informations et avant de contacter votre notaire, n’hésitez pas à vous rendre sur le site de référence www.notaire.be.

E. Beirnaert - équipe de rédaction

Autres actualités à Vie locale

Articles les plus populaires

Les promotions autour de Vie locale