Vie locale - Mike Butler, l’ébéniste qui a une bonne plume

Comme souvent, Mike passe son mercredi après-midi à l’atelier. Il faut dire qu’aujourd’hui, il a invité un ami à venir faire lui-même son propre stylo. «Il est venu me demander de lui faire un stylo un peu particulier et qui, pour des raisons qui le regardent, semble lui tenir particulièrement à cœur. Je lui ai dit Ok, mais tu viens le faire toi-même.» Pas à pas, Mike et son fils Thomas apprennent à Patrick Bonaventure à confectionner son stylo personnalisé.«D’abord le choix du bois, explique Mike Butler. Ici c’est du robinier. On peut partir de n’importe quelle essence de bois, mais on va quand même chercher des bois colorés pour donner un plus bel effet. On essaye de trouver des bois exotiques aussi, mais certains comme le palissandre par exemple, un bois indien très lourd, sont de très belles essences mais sont difficiles voire impossibles à trouver aujourd’hui.»

Ensuite on passe au débitage, c’est-à-dire prédécouper le bois pour n’utiliser que la partie qui nous intéresse: «Je déteste jeter un morceau de bois. Les chutes, les bouts non-utilisés, je les garde pour les réutiliser une autre fois. » Toute la partie précision se trouve dans le tournage. «Le bois est fixé sur le tour pour le façonner à l’aide de la gouge à bois en profitant de la rotation de l’appareil, détaille Thomas Butler. J’ai appris en regardant faire mon père, et en pratiquant avec lui depuis 2-3 ans.» Il faut dire que Mike Butler, élagueur de métier, s’est formé au travail d’ébéniste tourneur il y a de cela 25 ans. «Au début, c’était un hobby. J’y passais mes soirées, mes week-ends. Mais j’ai perdu mon emploi au mois de juin, c’était donc l’occasion d’investir plus de temps à l’atelier, et pourquoi pas, de pouvoir en vivre un jour. »

Adaptés à la morphologie de la main

Poncé, verni, le bois peut donc être assemblé avec le mécanisme, qui va permettre au stylo de fonctionner. En un après-midi, Patrick a pu donc confectionner son stylo. Et depuis 2 ans, Mike les vend aussi. «Le but n’est pas de réaliser des séries, mais de faire le stylo pour la main de la personne. Au dernier marché de noël de Nivelles, on en a présenté quelques-uns en espérant voir certains modèles plus appréciés, mais il y avait autant d’intérêts différents qu’il y avait de gens. Pour le moment, on doit faire avec une douzaine de modèles de mécanisme, la seule contrainte finalement. On espère toucher le marché américain et disposer de plus de modèles différents pour se permettre plus de créativité

Vous pourrez retrouver les stylos de Mike Butler ainsi que ses autres créations au salon des artisans Arti’BW qui se tiendra les 3 et 4 mars prochains au château d’Hélécine.

> Infos btlrmike@gmail.com – 0496 05 11 51

Ziad Ben Ayed - équipe de rédaction

Autres actualités à Vie locale

Articles les plus populaires

Les promotions autour de Vie locale