Vie locale - Reconversion réussie pour Charlotte Hutsebaut

Très jeune, Charlotte s’est intéressée à l’art sous toutes ses formes. Elle confirme :«J’ai toujours été attirée par l’art en général (le cinéma, la musique, le chant, le dessin). Il s’agissait seulement de hobbys à mes yeux, je n’avais pratiqué aucune de ces disciplines au point de vouloir y faire carrière», explique-t-elle.

Après sa rhétorique, elle part un an au Mexique et enchaîne aussitôt par une année en option «Business-Management» pour finalement se tourner vers la gestion hôtelière.

Engagée dans un célèbre hôtel de Bruxelles, Charlotte était loin de s’imaginer qu’elle quitterait tout pour se consacrer à ce projet. Elle commente : «Je fréquentais de plus en plus le milieu de la nuit, des drag queens dans lesquels je me sentais très bien. J’ai découvert cet univers en janvier 2015 en sortant pour la première fois de «Chez Maman», un cabaret où se produisait mon ami Renaud avec qui je collabore aujourd’hui.»

Elle poursuit : «J’y allais très souvent et j’en ressortais des étoiles plein les yeux, j’admirais le maquillage, les tenues, les jeux sur scène… J’y étais tellement épanouie que plusieurs amis me disaient qu’ils me verraient bien travailler dans ce genre d’endroit». Quelques mois plus tard, Charlotte reçoit une proposition de son ami, un projet fou qu’il voulait réaliser avec elle. Elle ajoute: «Je voulais changer de métier mais je ne savais pas quoi faire. Renaud se rendait bien compte que je n’étais pas heureuse au boulot. Quand il m’a proposé de me lancer dans cette aventure avec lui, je n’ai même pas hésité : j’ai dit oui tout de suite».

Drag queen depuis plus de dix ans, Renaud, alias Mademoiselle Boop, commence les recherches. Les deux acolytes se réunissent alors plusieurs fois par semaine pour discuter du projet, des différentes idées et travailler sur un plan financier. Ce travail compliqué d’une année aboutit finalement à la création du cabaret bruxellois.

Un rêve devenu réalité

Aujourd’hui, Charlotte ne regrette en rien cette reconversion professionnelle et conseille à tous de se lancer, de ne pas avoir peur de réaliser leurs rêves. Elle ressort épanouie de ce parcours et fière du cabaret. « Ce que nous voulions c’était créer un bar accessible à tous. Et par-dessus tout faire connaître ces milieux underground», insiste Charlotte. «Nous proposons un spectacle qui mélange Drag Queens, burlesque, pole dance, comédie, cirque et d’autres disciplines. Nous proposons aussi des concerts d’artistes belges. L’avantage en proposant un mélange de styles, c’est que tout le monde y trouve son compte. Le destin a joué un grand rôle dans l’aboutissement du projet. Nous avons eu plusieurs épines dans le pied au début mais ça nous a permis de peaufiner le projet et d’être prêts un an plus tard. De plus, j’ai donné ma démission en avril sans savoir quand nous aurions un établissement et une semaine après, Renaud signait pour le bail du cabaret, si ça ce n’est pas le destin ! Je pense que le plus important est d’y croire et de foncer», conclut-elle.

Pour découvrir le projet de Renaud et Charlotte : Facebook : cabaretmademoiselle ou sur le site internet: www.cabaretmademoiselle.be

Julie Deprez - équipe de rédaction

Autres actualités à Vie locale

Articles les plus populaires

Les promotions autour de Vie locale