Vie locale - Les déprimés ne sont pas toujours où on croit

Maggie De Block (Open VLD) y a été interpellée sur l’évolution du nombre d’antidépresseurs remboursés par l’Inami, ces cinq dernières années.

Elle les a livrés sur la période 2011-2015, dernière plage statistique disponible. Mais surtout: elle les a répartis par région, puis par province. Une vraie petite mine d’or, dont on peut tirer pas mal d’enseignements. Épinglons-en les trois principaux.

L’évolution générale

Elle est inquiétante. De 278,9 millions de doses journalières remboursées en 2011, on est passé à 319,4 millions cinq ans plus tard. Soit une augmentation globale de 14,5%. Mais il y a une première surprise. Car c’est en Flandre que la hausse des traitements est la plus conséquente. Elle y est en hausse de 17,2% sur la période étudiée, contre 12% en Wallonie et 10,5% à Bruxelles.

Les différences wallonnes

Au sein même de la Wallonie, on constate des différences dans l’évolution des malades bénéficiant d’antidépresseurs remboursés. C’est la deuxième surprise des tableaux dévoilés par Maggie De Block. Dans la période étudiée, la hausse est de 10% tant en province de Namur qu’en Brabant wallon. Elle n’est «que» de 9,4% dans celle de Luxembourg. Par contre, elle grimpe à 11% dans la province de Liège, et surtout à 14,5% dans celle du Hainaut.

Les consommations réelles

Mais la troisième et principale différence, c’est en disséquant les chiffres de plus près qu’on la découvre. Avec une opération toute simple: une comparaison de la consommation d’antidépresseurs avec les chiffres de population de la région ou de la province.

Hainaut

La région de Bruxelles représente ainsi 10,5% de la population belge, mais on n’y consomme que 8% des antidépresseurs. Même topo en Flandre: 57,6% de la population ne consomment que 52,5% des médicaments remboursés. Par contre, c’est en Wallonie que se concentre le plus de déprimés au kilomètre carré: les 32% d’habitants du pays qui y vivent ingurgitent à eux seuls 39,5% du total des antidépresseurs prescrits.

Et si on fait la même opération au niveau des provinces wallonnes? On constate alors – ultime surprise – une surconsommation à Namur (15% de consommation par 13,6% d’habitants) et à Liège (31,7% contre 30,5%). Mais ce n’est plus le cas en Hainaut (36,3% de consommation pour 37,1% d’habitants), en Brabant wallon (9,9% contre 11%) ou en Luxembourg (7% pour 7,8% d’habitants).

S.P. - équipe de rédaction

Autres actualités à Vie locale

Articles les plus populaires

Les promotions autour de Vie locale