Vie locale - L’exposition qui fait actuellement scandale

Stéphane Mahauden est un président de centre culturel passionné mais aussi un brin provocateur. Quand on sait que celui-ci est un fan absolu de l’icône Serge Gainsbourg, on comprend mieux le pourquoi du comment. Il y a bientôt deux ans il avait organisé une exposition au centre culturel de Tubize dans le cadre des 25 ans de la mort du chanteur et artiste français. «Je collectionne tout sur lui à titre personnel depuis plus de 35 ans, et en montant l’exposition je me suis encore plus rendu compte de son côté provocateur», confie Stéphane Mahauden. «Cela a poussé ma réflexion plus loin et m’a donné l’idée d’une nouvelle exposition.»

En plein préparatif et au travail depuis plus d’un an, il a porté le choix de son thème sur le scandale dans l’art en général. «Je connaissais moins bien le sujet que pour Serge Gainsbourg donc j’ai dû réfléchir à la façon de présenter les choses. Il est souvent difficile de présenter une œuvre sans l’expliquer et sans parler de la vie de l’auteur.»

En effet, quand on parle de scandale, cela peut prendre plusieurs formes. «On peut en effet penser à la sexualité, par exemple, mais ce n’est pas tout. Il y a aussi toute une série d’œuvres liées à la politique. Je pense notamment à Louis-Ferdinand Céline qui a publié plusieurs pamphlets antisémites. Personne n’ose le mettre en avant dans une exposition alors qu’il a exprimé son talent de bien d’autres manières.»

Pour cet auteur comme pour Oscar Wilde et le Marquis de Sade, il s’agira d’ailleurs de la première exposition qui leur est dédiée en Belgique. «Il faut savoir prendre du recul par rapport à certaines choses, et évidemment tout cela est destiné à un public averti. Tous les visiteurs seront prévenus à leur arrivée au centre culturel, mais il n’y aura pas d’interdiction liée à l’âge. Si certains parents veulent y emmener leurs enfants, c’est leur choix.»

Il rappelle aussi que la liberté d’expression n’est pas encore chose aisée en 2018. «Sur certains aspects, c’est pire qu’avant, il faut en être conscient!»

Jusqu’au 22 février. Au Centre culturel de Tubize, Théâtre du Gymnase, BD Georges Deryck 124 à Tubize. Téléphone? 02 355 98 95

N.G. - équipe de rédaction

Autres actualités à Vie locale

Articles les plus populaires

Les promotions autour de Vie locale