Vie locale - Le cinq-étoiles des Gauloisons

Vous ne connaissez pas la légion des Gauloisons? Et bien Nous allons vous la présenter. Depuis un peu plus de quinze ans, un petit village d’irréductibles petits Gaulois s’est implanté au beau milieu du Camp Roi Albert, sous la forme d’une crèche.

«Ministre de la Défense à l’époque, André Flahaut avait eu l’idée de créer des crèches dans les camps militaires, et en 2001, l’une a vu le jour à Marche dans des bâtiments militaires gérés par les militaires», explique Brigitte Anneet, assistance sociale et responsable des Gauloisons depuis dix ans.

Les Gauloisons ont été baptisés comme tels, en référence à la brigade marchoise Les Gaulois.«La crèche accueille bien entendu les enfants du personnel du Camp Roi Albert, de 0 à 3 ans, mais aussi d’autres militaires de la région», précise Brigitte Anneet. « Au fil du temps, l’accueil a été étendu aux enfants d’autres institutions sous la tutelle du ministère de la Défense, ceux du personnel de la de la police et de la prison. Il y avait une demande, et des conventions de collaboration ont été établies.»

Le bébé de 2001 a aussi bien grandi. «Reconnue à l’époque et agréée par l’ONE pour accueillir 21 enfants, les Gauloisons ont vu de plus en plus d’enfants arriver. En 2004 a germé la possibilité d’extension de la crèche. Et en 2007, l’ONE donnait son autorisation pour accueillir 51 enfants, répartis en trois sections, l’une de 15 places pour les tout-petits, et deux autres de 18 places chacune pour les moyens et les plus grands. »

Trois sections

Trois ribambelles de petites têtes blondes qui n’ont que très rarement le temps long après papa et maman, lorsqu’ils sont dans leur «cinq étoiles», comme se plaît à le répéter Brigitte Anneet. Et on ne peut pas lui donner tort, tant tout est mis en place pour accueillir les bambins dans les meilleures conditions. Qu’il s’agisse des espaces spacieux, chaleureux et parfaitement équipés, ou encore du professionnalisme, de la passion de leur métier et du dévouement presque maternel du personnel pour leurs trois garnisons.

«Des journées pédagogiques, quatre maximum par an, sont organisées afin de permettre à tout le personnel de participer à des formations communes et évoluer dans la pratique professionnelle», précise en outre Brigitte Aneett.

Justement, qui dit plus grande activité dit aussi accroissement du personnel. «Au départ, conformément à l’accord donné par l’ONE, celui-ci se composait de six personnes. Ce nombre est aujourd’hui passé à seize, avec onze puéricultrices, trois personnes chargées de l’entretien et de la cuisine, une infirmière et moi-même. Milieu d’accueil reconnu donc par l’ONE mais non subventionnée, la crèche dépend de la direction des crèches de l’OCASC et travail en étroite collaboration avec son service. »

À ce jour, la crèche est toujours agréée pour accueillir 51 enfants. Elle est ouverte de 7h30 à 18h du lundi et vendredi. Outre les week-ends, elle ferme ses portes durant les fériés légaux du personnel militaire, soit deux semaines en juillet et août, et une dizaine de jours pendants les fêtes de fin d’année. C’est qu’après tout, les Petits Gaulois ont aussi droit à leurs congés, même s’ils se plaisent à merveille dans leurs cinq étoiles!

Benoît Gueuning - équipe de rédaction

Autres actualités à Vie locale

Articles les plus populaires

Les promotions autour de Vie locale