Vie locale - Il vous aide gratuitement

C’est en août 1999 que Jean-Luc Labbé, alors journaliste professionnel à la Nouvelle Gazette, a été nommé Médiateur communal auprès de la Ville de Charleroi, succédant à Francis Groff, à la tête de ce service qui fêtera ses 25 ans d’existence en octobre.

Comme aime à le rappeler Jean-Luc Labbé qui avait couvert l’événement en tant que chroniqueur politique, le règlement instituant la fonction avait été adopté à l’unanimité et dans la plus grande solennité par le Conseil communal en novembre 1992 en présence d’un certain Philippe de Belgique. Charleroi méritait bien cet honneur princier: après la métropole d’Anvers, elle était la seconde grande ville du pays à tenter l’expérience de la médiation institutionnelle et à désigner celui que l’on appelait aussi l’«ombudsman», en référence à une vieille institution née en Suède à l’aube du 19e siècle.

Lors d’un échange avec son homologue d’Anvers, Jean-Claude Van Cauwenberghe, le bourgmestre de l’époque, avait été séduit par ce concept d’ombudsman: un fonctionnaire indépendant chargé de résoudre les litiges entre l’administration et les citoyens, mais aussi à prévenir ceux-ci au travers de recommandations organisationnelles adressées à l’autorité publique et formulées dans un rapport annuel présenté devant le Conseil communal. Van Cau voyait surtout dans cette institution un outil apte à corriger les excès centralisateurs de la fusion des communes dont il avait essuyé les plâtres en tant que successeur de Lucien Harmegnies en 1982. La fonction de Médiateur communal/ombudsman devait contribuer à rapprocher le citoyen de l’autorité. Et si l’on n’en parlait pas encore à l’époque, les notions de «démocratie participative» et de «transparence administrative» sous-tendaient déjà la mission de l’ombudsman carolo.

Retenons que peut s’adresser à lui «toute personne physique ou morale qui estime, à l’occasion d’une affaire la concernant, qu’un service de l’administration communale, du CPAS, de la Régie communale autonome (RCA) ou de la zone de Police locale n’a pas fonctionné conformément à sa mission, peut saisir le médiateur d’une réclamation individuelle.

Jean-Luc Labbé insiste: «Le médiateur traite les plaintes en toute indépendance et impartialité avec une attention particulière à la proximité avec le citoyen et le souci d’éviter tout formalisme excessif».

Téléphone? 0800/10.203- Courriel? mediateur@charleroi.be – Site? www.mediateur-charleroi.be

Chrysline - équipe de rédaction

Autres actualités à Vie locale

Articles les plus populaires

Les promotions autour de Vie locale