Vie locale - Dame Nature est son amie

Depuis quelques années, Brigitte transmet son art de vivre en organisant des cours et des ateliers de permaculture, d’apiculture naturelle, de sculptures et de pain au levain.

Pharmacienne de métier, Brigitte aime particulièrement la nature. Depuis toujours, elle cultive une réelle envie d’apprendre et de transmettre son savoir:

«J’aime vivre en accord avec la nature. Cela passe par le fait de la protéger, de la respecter, mais aussi de faire découvrir la beauté et la magie de la nature aux personnes qui m’entourent et qui le désirent. Cela peut sembler être un cliché, mais elle recèle tellement de bienfaits pour la santé.

J’en apprends tous les jours. D’ailleurs, depuis quelques mois, pour prolonger ma vision des choses, je mange vegan», explique-t-elle.

Une révélation lors d’un festival

C’est dans cette optique de bien-être et de préservation de la nature qu’elle a découvert ce qui la guide aujourd’hui au quotidien: la permaculture.

«Je tenais à être en bonne santé et à cultiver mes propres légumes, mes fruits… mais je ne voulais pas me casser le dos en travaillant le sol et en utilisant des produits toxiques. C’est en 2013, au Fair Festival de Gand, que j’ai découvert une lecture de Frank Anrijs sur la permaculture. Ce fut une révélation, c’est exactement ce que je cherchais! J’ai suivi des cours pendant 2 ans et en 2015, les résultats dans mon potager étaient tels que j’ai voulu partager mes expériences».

Parmi les divers cours proposés au public, il y en a qui concernent la permaculture et l’apiculture. Elle détaille:

«Pour la permaculture il y a trois grandes différences par rapport à une façon plus traditionnelle de jardiner. Premièrement, on ne bêche pas: si on laisse le sol tranquille et qu’on le couvre avec des matières organiques, les (micro)organismes du sol fourniront une bonne structure et ils soulageront les nutriments au bon moment. On ne met pas d’engrais: un sol sain donne des plantes saines. Dans ce cas il ne faut pas appliquer de monocultures pour ne pas épuiser le sol. Et pour finir, on bannit les pesticides ou herbicides parce qu’ils sont toxiques. On n’intervient pas mais on attire des ennemis naturels et on cache la plante parmi d’autres plantes et herbes. Pour l’apiculture naturelle, j’essaie de mettre le focus sur de bonnes pratiques apicoles. Laisser l’abeille être l’abeille, ne pas la considérer comme un animal utilitaire, mais la respecter. L’exploitation des abeilles est selon nous la principale raison de sa disparition massive.»

Depuis 2015, Brigitte a créé «Lazy veggie», des ateliers sur la permaculture, entre autres. En 2016, elle a installé trois ruches dans le fond de son jardin.

Pas pour le miel, mais pour aider et observer les abeilles et parce qu’elle adore cela.

«Je donne des cours et des ateliers à la maison. Pour le pain au levain, l’apiculture naturelle et créations artistiques, c’est sur demande. Pour la permaculture c’est un samedi après-midi par mois, pendant un an. Le cycle commence en septembre. L’accent est mis sur la pratique et j’aide les gens à démarrer. Tout est possible en Français, Néerlandais ou Anglais», conclut-elle.

Infos:

Facebook?

«Lazy Veggie»

Courriel?

brigid.letor@gmail.com

Julie Deprez - équipe de rédaction

Autres actualités à Vie locale

Articles les plus populaires

Les promotions autour de Vie locale