Vie locale - Verdissement de l’espace public: les projets retenus

Le but est de rendre les places publiques attractives et conviviales à travers leur végétalisation avec des espèces indigènes, mellifères mais également comestibles… Il s’agit donc aussi de développer une agriculture urbaine dans un projet urbanistique innovant.

Cette reconquête de l’espace public par des espèces comestibles est en marche partout en Europe. Des quartiers comestibles ou des vergers urbains fleurissent à toutes les échelles territoriales. Dans ces expériences, on constate une dynamique citoyenne, mobilisée autour des espaces végétalisés. L’espace public est un excellent terrain sur lequel cultiver la citoyenneté, la cohésion sociale et la sensibilisation à l’alimentation durable…

37 projets ont été sélectionnés par le Comité de sélection au regard de la qualité des réponses apportées aux critères définis dans l’Appel à Manifestation d’Intérêt. Le verdissement peut se traduire par l’installation d’espèces indigènes, mellifères, de potagers, par les plantations d’arbres et d’arbustes fruitiers, par la plantation de légumineuses, d’aromates ou de plantes médicinales…

Les projets sélectionnés dans notre région

À Perwez, c’est le futur Val d’Orbais qui est sélectionné: création d’un verger pour la future maison de repos. Projet intergénérationnel et social.

Place Basse Sauvenière à Barvaux-sur-Ourthe: projet central avec déminéralisation partielle. Projet frugal et intergénérationnel.

Chemin d’accès à l’école de Tenneville: verdissement du chemin de l’école.

À Gesves, sur le site de la Pichelotte: création d’un verger et jardin dans un parc existant. Conception paysagère.

À Hastière, Camp du lion, réaménagement d’un ancien camping désaffecté: zone de parc, zone de plage, zone polyvalente pour festivités.

À Profondeville, Place Beau-Valon: réaménagement d’une pelouse centrale.

Les communes sélectionnées bénéficient d’un accompagnement financier et logistique. L’entretien et la gestion des places publiques ont des implications évidentes sur le budget communal, comme le développement de nouvelles pratiques de culture. Pour aider les communes dans ce projet, elles bénéficieront d’un subventionnement plafonné à 20.000 euros.

En plus, les communes sélectionnées bénéficieront d’un appui technique en matière de conception, de planification et de gestion des environnements urbains et ruraux pour la mise en œuvre et le suivi du développement de leurs projets.

Dès janvier 2018, les bureaux désignés par un marché public disposeront d’un Architecte Paysagiste et d’un Bio-ingénieur ou horticulteur. Cette expertise permettra aux communes d’affiner le projet qu’elles ont déposé. L’objectif est de réaliser les plantations en juin 2018.

- équipe de rédaction

Autres actualités à Vie locale

Articles les plus populaires

Les promotions autour de Vie locale