Vie locale - Kevin Martens a choisi d’aiderles autres

Le 17 octobre sera célébrée la Journée Internationale pour l’élimination de la pauvreté. En Belgique, son seuil est de 13.377 euros par an, soit 1.115 euros par mois. Un montant que beaucoup peinent à rassembler. Un phénomène qui touche des étudiants, des travailleurs, des familles… mais aussi des accidentés de la vie.

Kevin Martens est un écorché vif. L’année de ses 19 ans a marqué un tournant décisif vers ce qu’il appelle, sans retenue, la descente aux enfers. «J’ai contracté la maladie de Lyme, qui a été reconnue très tard par le corps médical. Pour ma part, le diagnostic est arrivé très tardivement aussi. Trop tard même.»

À cette époque, Kevin travaille dans le secteur du bâtiment, en tant que manœuvre spécialisé. Pour le jeune diplômé en maçonnerie, c’est le début de la galère. «J’ai d’abord perdu mon travail suite aux conséquences de la maladie. Ensuite, ma compagne, mon logement… Ma vie entière a basculé sans que je puisse y faire quoi que ce soit.»

Kevin assiste alors à l’engrenage, comme un spectateur de son propre film: «Moralement, ça a été plus que difficile. J’ai souffert de dépression et je me sentais furieux, car je n’avais pas la reconnaissance de mon état de santé. Pendant des années, la mort m’est apparue comme seul moyen de libération et, à plusieurs reprises, j’ai tenté de mettre fin à mes jours», confie le Tournaisien de 31 ans.

930 euros par mois

Pendant plus de deux ans, Kevin se bat. Pour la reconnaissance, pour obtenir de l’aide, il ne ménage pas ses efforts. Au bout du compte, il avoue abandonner ses démarches et essayer de faire le deuil de son ancienne vie.

Il avoue: «Actuellement, je vis avec 930 euros par mois. C’est peu, il y a beaucoup de choses dont je me prive. Je paie les factures, le loyer, les courses. À côté de ça, j’essaie de profiter de la vie aussi, certaines activités sont gratuites… C’est un peu la débrouille».

Il y a cinq ans, Kévin a créé la page Facebook Solidarités Tournai, qui propose aux internautes d’échanger bons plans et dons matériels. Une manière de venir en aide aux gens qui, comme lui, ont peu de moyens. Dans ce cadre, les administrateurs organiseront, à partir du 30 octobre, une distribution de vêtements à la Halle aux Draps, à Tournai.

Aujourd’hui, le groupe compte plus de 14.000 membres. Le créateur de cette initiative y a trouvé une manière de redonner un sens à sa vie. Il a choisi d’aider et c’est en cela qu’il trouve une certaine forme de guérison.

E.B - équipe de rédaction

Autres actualités à Vie locale

Articles les plus populaires

Les promotions autour de Vie locale