Vie locale - Concours Complet de Ciney: un véritable triathlon équestre!

Dans la famille Schmitz, l’équitation est une passion qui occupe toute la vie de Julia, cavalière professionnelle et de ses deux sœurs, Alice et Maria, qui font elles aussi régulièrement des concours de complet. Les parents, Bruno et Véronique Schmitz, les encadrent, les aident et les soutiennent, même s’ils s’occupent d’abord de leur imprimerie installée dans le zoning de Biron. Le virus de l’équitation a gagné la famille au point qu’ils organisent depuis six ans un Concours Complet, afin de faire mieux connaître cette discipline équestre méconnue. Car de tels concours sont rares en Belgique: il y en 6 ou 7 chaque année en Wallonie (Arville, Orp-le-Grand, Marchin, Chapelle aux Sabots, etc.), une dizaine en Flandres.

Dressage, jumping et cross

Pourtant, les cavaliers sont de plus en plus nombreux à adopter cette discipline très intéressante qui combine trois épreuves: le dressage, le jumping et le cross, ce dernier se déroulant à l’extérieur, avec des obstacles fixes et souvent naturels (troncs d’arbres, rivières…). La difficulté vient du fait que le cavalier doit effectuer les trois épreuves avec le même cheval. Il doit donc dresser sa monture durant des années pour qu’elle puisse accomplir ces trois épreuves si différentes. Vitesse, endurance, force, obéissance, souplesse: un cheval bon au dressage n’est pas nécessairement bon au jumping et un champion du cross n’est pas nécessairement assez calme pour les concours de dressage…

«C’est un véritable triathlon équestre», commente Bruno Schmitz. «Le cheval doit être polyvalent et son cavalier doit le gérer pour qu’il garde assez d’énergie pour venir à bout des trois épreuves. Il commence par le dressage, puis par le jumping, et il enchaîne avec le cross sur la même journée. Le cross se déroule dans un temps imparti et les cavaliers qui arrivent trop tôt sont davantage sanctionnés que ceux qui arrivent trop tard. Il faut donc respecter son cheval et bien le connaître. Le cross a aussi la qualité de se dérouler en extérieur, dans la nature, avec des passages dans l’eau; le cavalier a le plaisir de galoper dans de beaux endroits.»

Plus de 500 cavaliers inscrits!

Cette année, on se bouscule pour participer au Concours Complet de Ciney qui a dépassé le cap symbolique des 500 inscriptions. Le concours se déroulera sur les deux jours, avec les trois épreuves réparties durant tout le week-end: les poneys et les chevaux qui sautent 60 à 80 cm en communautaire sont programmés le samedi, ceux qui sautent de 90 à 100 cm en national le dimanche. Le spectacle ira donc crescendo!

Ouvert à tous, le Concours Complet de Ciney laissera entrer gratuitement les spectateurs qui auront droit à une animation non-stop puisque les épreuves de dressage débuteront dès 8h, le jumping vers 11h et le cross vers midi. Tout est minuté et les départs du cross se donneront toutes les minutes trente. Des animations sont prévues pour les enfants (château gonflable, grimage, dessin…).

Un bar et une petite restauration sont prévus.

«C’est une fameuse organisation», poursuit Bruno Schmitz. «Nous avons une équipe de 150 bénévoles: pour le parking, le catering, le bar, il y a aussi les juges d’obstacles (deux personnes à chaque obstacle). Sans oublier la vingtaine de juges officiels, le président du concours et le délégué technique. Il faut avoir 15 hectares à disposition pour organiser un complet, dont 10 hectares consacrés au cross. Ici, nous disposons des installations des écuries de ma fille Julia, les Écuries du Sanseau, et nous louons les prés des fermiers voisins pour compléter. Nous construisons nous-mêmes les 77 obstacles du cross, en suivant le règlement qui est très exigeant pour sécuriser le cheval et son cavalier. C’est un sport dangereux mais il ne s’adresse qu’aux cavaliers émérites et qualifiés. Si un participant rate le dressage, il est éliminé et ne peut participer au cross. Idem pour ceux qui chutent ou qui font des dérobades au jumping. Les chevaux qui prennent le départ du cross sont donc les meilleurs et sont habitués. Mais le cavalier doit toujours mettre son cheval en confiance, bien aborder chaque obstacle, gérer son effort… Au concours complet, il n’est pas possible de tricher!»

«Une autre qualité du complet, c’est que les cavaliers de tous niveaux se fréquentent et concourent dans les mêmes conditions, des débutants peuvent ainsi croiser des champions, les parcours sont les mêmes. De très bons cavaliers professionnels viennent à Ciney avec leurs jeunes chevaux, ils les sortent dans des petits concours pour leur faire découvrir divers parcours de cross. Après, quand on passe au niveau international, c’est la même chose: les cavaliers moins qualifiés fréquentent les champions, ils sont sur le même pied. C’est un sport magique…».

Les 16 et 17 septembre 2017. Infos sur www.concourscomplet.ciney.be

Ch. Rasir - équipe de rédaction

Autres actualités à Vie locale

Articles les plus populaires

Les promotions autour de Vie locale