Vie locale - Upcycling redonne de la valeur à des matières!

Les modes passent mais la consommation de vêtements et d’accessoires de mode est en croissance constante! Actuellement, les consommateurs veulent de la qualité et de la quantité, tout cela dans un court laps de temps. Mais, souvent la qualité cède le pas à la quantité et, bien souvent, bon nombre de vêtements ne sont pas ou peu portés. Ils finissent dans les boutiques de seconde-main, dans les friperies, dans les vide-dressings. C’est ce qu’on appelle le fast-fashion!

Cette forme de surconsommation vestimentaire a un réel impact environnemental: 16% des pesticides utilisés dans le monde le sont pour la production du coton vestimentaire.

Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme!

Cette maxime attribuée au chimiste et philosophe Antoine Lavoisier est devenue le mode de vie de la créatrice liégeoise Alida Cilli. À l’opposé du fast-fashion, l’upcycling consiste à prendre divers matériaux qui sont démodés ou dont on n’a plus l’usage afin de les transformer en un ou plusieurs produits d’une qualité supérieure.

Au cœur de son atelier poétiquement baptisé Au Fond Du Jardin, la créatrice liégeoise Alida Cilli pratique l’upcycling. Sa démarche consiste donc à transformer un vieux jeans déchiré en un sac à main, un surplus de laine en en col crocheté ou encore un morceau de dentelle en une paire de boucles d’oreilles!

Adepte du slow-life et des circuits courts, elle a fait de l’upcycling le cœur de sa création. « La démarche me tient particulièrement à cœur car, dans une société en pleine surconsommation ou l’on a tendance à jeter plutôt que de réparer, l’upcycling se démarque. Il oblige en effet à prendre le temps de faire les choses soi-même et à se recentrer sur ses valeurs » déclare la créatrice liégeoise.

En quoi est-ce différent du recyclage?

Et bien simplement, l’upcycling est une forme de recyclage avec en plus, une vraie valeur ajoutée. Dans la couture depuis sa plus tendre enfance… C’est l’histoire d’une Liégeoise, bien dans son époque, adepte du slow life voulant partager ses créations.

Après y avoir mûrement réfléchi, elle a décidé de créer sa petite entreprise, car finalement c’est ce qu’elle a toujours voulu faire. Elle y met tout son cœur et c’est pour cela que ses créations sont à son image, issues de ses propres idées afin de toucher une clientèle qui lui ressemble. Au fond du jardin c’est une envie de faire les choses bien, de partager et de prouver que nous avons tous un rôle à jouer dans la société, chacun à notre façon.

Fille d’un père apprenti-tailleur dans les Abruzzes qu’il dut quitter, dans les années cinquante pour venir travailler dans les mines wallonnes et d’une mère couturière aux Pays-Bas qui a dû traverser la frontière pour trouver du travail, Alida Cilli est née dans la couture. C’est donc naturellement que, à l’âge où certaines se contentent de jouer à la poupée, elle préférait déjà réaliser leurs robes… Rapidement, à l’adolescence, les toilettes de fanfreluche sont devenues habits d’une mode personnelle qui a séduit les autres. « Mais, touche à tout irréductible, il fallait encore que je cherche à personnaliser davantage mes créations… ».

L’idée de les rehausser d’une touche de céramique à travers des accessoires, des boutons ou des bijoux germât rapidement et prît de plus en plus d’ampleur, au point de devenir aujourd’hui ma source de création principale. Chacun peut apporter sa touche personnelle afin de préserver l’environnement. L’upcycling est la façon dont cette créatrice liégeoise y contribue car « la création peut aussi être un truc bien pour la planète »!

Plus d’infos: www.alidacilli.be – facebook.com/aufonddujardinatelierboutique

- équipe de rédaction

Autres actualités à Vie locale

Articles les plus populaires

Les promotions autour de Vie locale