Vie locale - Frédéric Linotte, de G.O. à coach sportif

Après des Humanités en électronique, il comptait rejoindre l’entreprise de son père spécialisée dans les systèmes antivol. Mais l’électronique ne lui plaît pas et il bifurque vers l’animation un peu par hasard. « Je suis parti en vacances à Lore de Mar et j’ai découvert le monde des Gentils Organisateurs. Du coup je suis resté trois mois en Espagne où je travaillais pour un Tour Operator. ». Il enchaîne avec Avoriaz où il s’occupe de l’animation de la réception et de la logistique. Repart en Espagne dans une station balnéaire pour une autre société et décide de créer sa propre boîte Go To Travel avec le commercial. « On est parti de rien, on a racheté nos concurrents et on est devenu leader du marché. On faisait quand même 4 millions de chiffre d’affaires! »

Une belle réussite qui se termine lorsqu’une société hollandaise rachète l’entreprise et délocalise à Anvers. Frédéric continue d’organiser des séjours pour étudiants à mi-temps dans les stations de ski mais traverse une période de doute d’autant plus qu’il se sépare de sa femme. Il est alors hébergé par son ami de toujours Sandro Zatta, licencié en éducation physique et promoteur de la méthode de Yoga «De Gasquet» en Belgique. « Comme je passais beaucoup de temps en voiture, j’avais mal au dos, un début de protrusion discale qui aurait pu se transformer en hernie. Grâce au yoga et au cours de Sandro, j’ai pu l’éviter ».

Une véritable passion le pousse à continuer dans cette voie. « Le Yoga m’a calmé. J’avais une vie plutôt agitée, je mangeais mal, je buvais pas mal, je fumais. Dans le milieu des G.O. on fait beaucoup la fête ».

Changement de vie donc, même si Frédéric reste un hédoniste il révise son hygiène de vie et se lance dans le sport. « J’ai toujours été très sportif. J’ai fait du basket, du ski, du surf, du kickboxing, etc. ». Sandro Zatta l’encourage à suivre des formations « Il a toujours été mon mentor ». Il part donc à Paris se former à la méthode de Yoga du Dr Bernadette de Gasquet, une formation qui associe les bienfaits ancestraux du Yoga à la médecine moderne et s’adapte à la physiologie de chacun.

Parallèlement, il étudie beaucoup. je me suis plongé comme un fou dans tous les livres d’anatomie de Sandro: « Cela me passionnait aussi bien que de voir ce qu’il arrivait à obtenir en tant qu’enseignant, la transformation et le bien-être que cela apportait aux gens ». De formations en formations, Frédéric accumule un certain bagage et au bout de cinq années de travail acharné il peut commencer à donner cours en tant que professeur de fitness, de yoga et comme coach sportif. Au début ce n’est pas facile, car dans les formations très peu de cours abordent la pédagogie. Et puis à force de donner cours, on trouve sa façon de communiquer. « Ce qui est le plus difficile c’est de s’adapter à soi-même. Il faut trouver la bonne distance, arriver à transmettre aux autres malgré ses propres problèmes ».

Lors de ses cours de Yoga, Frédéric est très consciencieux. Il corrige les positions. « C’est quand même mieux quand on est quinze que quarante! », est attentif au groupe tout en ayant un œil bienveillant sur chacun. « Je fonctionne à la passion. Si j’aime je suis à fond. J’ai toujours adoré le contact humain et le sport. J’ai découvert tout le côté médical et aujourd’hui, mes coachings s’adressent surtout à des personnes qui ont des problèmes physiques, de mobilité suite à un accident par exemple. Je travaille avec un monsieur qui a eu le bras arraché à la naissance, un autre qui a de gros problèmes à la colonne vertébrale suite à un accident. Je travaille peu avec les machines qui ne mobilisent qu’une zone musculaire, mais je fais des recherches pour trouver les meilleurs exercices qui mobilisent l’ensemble du corps. Et surtout je prends le temps qu’il faut pour avoir des résultats. Je pars sur un programme de base et je l’adapte en fonction du vécu de la personne (sédentaire, sportif, avec une pathologie plus ou moins grave). Bien sûr, j’ai des demandes de gens qui veulent perdre du poids mais on ne fait pas de miracle, le sport ne suffit pas, il faut aussi adapter son alimentation ».

Nadine Romieu - équipe de rédaction

Autres actualités à Vie locale

Articles les plus populaires

Les promotions autour de Vie locale