Vie locale - Une architecte de renom aux ACEC à Herstal

Après le centre-ville de Herstal, la réhabilitation des ACEC devrait être l’un des projets majeurs réalisés dans les prochaines années. Les ACEC, c’est cet ancien site industriel enclavé entre les rues Pierre-Joseph Antoine et En Bois. Si, à sa création voici plus de 70 ans, le site n’accueillait qu’une seule entreprise, les ACEC en comptent aujourd’hui une bonne dizaine. Celles-ci sont venues s’installer dans les infrastructures existantes. Sauf que cette infrastructure et ce mélange d’entreprises cohabitent aujourd’hui difficilement avec un quartier densément peuplé, confronté à un charroi important.

Raison pour laquelle les autorités communales de Herstal ont décidé de s’atteler à sa réhabilitation. «Pour se faire, avec la SPI, nous avons constitué un Groupement d’Intérêt Économique, le GIE Promotion ACEC», explique Frédéric Sevrin, directeur d’Urbeo, la régie communale autonome immobilière de Herstal. «La principale mission de ce GIE va être de faire réaliser un Masterplan qui sera par la suite soumis au conseil communal. Il y a quelques semaines, nous avons donc procédé à un appel à projet qui a attiré une certaine concurrence. Nous avons ainsi reçu sept ou huit offres émanant de bureaux respectables.»

Finalement, c’est sur l’architecte-urbaniste Paola Viganò que le choix s’est porté. «C’est une véritable signature en matière d’urbanisme. Elle a un bureau à Milan mais est aussi très bien installée chez nous. Elle a ainsi réalisé plusieurs projets pour Anvers notamment. Et malgré sa réputation internationale, elle s’est mise en concurrence avec les autres au niveau tarifaire».

Le cabinet de Paola Viganò, la Studio 17, a maintenant 10 mois pour réaliser ce Masterplan. «Notre objectif est de pouvoir présenter un avant-projet assez abouti pour le prochain MIPIM de Cannes. En plus de s’attaquer à la vingtaine d’hectares des ACEC, ce Masterplan va aussi s’intéresser aux hectares avoisinants, dont notamment la ceinture verte. Notre idée est en effet de développer un ensemble cohérent. Dans ces 25 hectares, nous voudrions y voir se développer trois fonctions: du logement, des services et des entreprises. À ces fonctions, s’ajouteront peut-être celles pensées par le Studio 17. Et c’est le Masterplan qui nous indiquera quels sont les lieux les plus propices à leur développement. Il devra aussi s’atteler à revoir la mobilité aux alentours.»

Et si Paola Viganò a carte blanche, elle devra néanmoins intégrer à sa réflexion le projet Verdir de l’ULg, ainsi que le chauffage urbain. Deux projets qui ont reçu des fonds Feder et qui seront développés sur les ACEC. Verdir est même un des axes majeurs de la réflexion. Il pourrait d’ailleurs permettre, pourquoi pas, de faire des ACEC un pôle de développement de l’agriculture urbaine.

L.M. - équipe de rédaction

Autres actualités à Vie locale

Articles les plus populaires

Les promotions autour de Vie locale